Rygel le XVIème









Pages en ligne

Episode 1

page 001   page 002  


Episode 2

page 001   page 002   page 003  


Episode 3

page 001   page 002   page 003  


Episode 4

page 001   page 002  

Durka arqua un sourcil, avide de tout élément qu'il pourrait manipuler à son avantage, et attendit patiemment que le préfet reprenne son histoire.

— Certains ouvriers de la mine de Takan ont disparus.

— Tiens, s'interrogea Durka. Et que s'est-il passé ?

— Il y a eu une bagarre, raconta-t-il. Certains mineurs sont venus se plaindre. L'un d'entre eux avait bu trop d'alcool Mintak. Il a provoqué un autre mineur à l'extérieur de la mine et il y a eu quelques éclats de voix, jusqu'à ce que des officiers Scarans n'arrivent et décident d'y mettre un terme. L'autre ne s'est pas laissé faire et a poussé un Scaran. Ils l'ont amené. Le problème c'est qu'on ne l'a pas revu. J'ai pensé qu'il avait peut-être été incarcéré.

— Ce ne serait pas étonnant au vu de son comportement, railla Durka.

— Mais ce n'est pourtant pas le cas. J'ai joint la police Scaranne et usé de mon pouvoir politique pour en savoir plus. Et aucun n'a su me dire ce qu'il était devenu.

— Hmm, pensa à haute voix le Pacificateur, les Scarans se mettraient-ils à enlever des Sébacéens ?...

— C'est ce à quoi j'ai pensé, ajouta le préfet. Depuis j'ai eu d'autres plaintes. Des mineurs disparaissent.

Le préfet soupira, il y avait autre chose qui le tracassait.

— De plus, j'ai eu vent qu'ils discutent d'une motion à faire voter par le Conseil. Cela chamboulerait le système politique actuel. J'ai l'impression que ce qu'ils veulent, c'est me destituer de mes fonctions.

— C'est intelligent, répondit-Durka. Les Scarans pourraient en profiter pour placer un des leurs à ce poste. Ils pourraient comme cela mieux exploiter cette planète et en tirer plus de profit.

— Oui, c'est ce qui m'inquiète, confirma Kidden. En tant que Préfet, je me dois de protéger le peuple qui m'a élu. À présent, les Scarans nous font peur. Certains n'osent plus sortir. Avant, à cette heure-ci cette rue était remplie de monde. Les bars étaient pleins le soir. Maintenant, avec ce couvre-feu, la ville est morte en soirée. Et le jour, tout le monde travaille aux mines. C'est bien simple, il n'y a plus aucune gaieté sur Mintaka III à présent.

Durka réprima un sourire. Visiblement, le Préfet allait être facile à manipuler. Ses craintes, par ailleurs justifiées, contre les Scarans pouvait être facilement exploitées. Mais Durka se posa tout à coup une question, cependant, qui lui causa quelques craintes, et se retourna vers le Préfet.

— Dites-moi, commença-t-il, qu'exploitez-vous dans les mines de Mintaka III ?

— Notre planète est spécialisée dans les mines de Chlorium.

— Le Chlorium, répéta Durka.

Il grogna, et passa plusieurs secondes à réfléchir, puis se tourna vers le préfet Kidden qui commençait à se demander la cause de ce comportement.

— Ce pourrait être anodin, reprit le Pacificateur, le Chlorium étant couramment utilisé par les vaisseaux restaurants pour assaisonner leurs plats. Mais c'est aussi une substance qui a un effet anesthésique sur les Léviathans.

— Les Léviathans ? Demanda Durka.

Durka soupira, il allait visiblement devoir donner une leçon à ce Sébacéen coupé de tout. Il se fit la remarque que cette planète était vraiment arriérée en terme de voyages spatiaux pour ne pas savoir ce qu'était un Léviathan. Visiblement, quand les Pacificateurs possèderaient cette planète, il ne l'utiliserait que pour les Mines.

— Les Léviathans sont des vaisseaux vivants. Ils sont assez grands et ont d'intéressantes capacités au niveau défensif, surtout de par leur vitesse. Nous les exploitons depuis quelques cycles, notamment en tant que vaisseaux transportant des prisonniers.

— Et si cette substance intéresse les Scarans, remarqua le Préfet, cela pourrait vous nuire, non ?

— Nous nuire étant dans leur intérêt, on pourrait penser qu'ils exploitent des mines de Chlorium pour brider nos Léviathans. Cela pourrait en effet nous causer beaucoup d'ennuis.

— Rahh, grogna Kidden, à quels embrouilles sommes-nous mêlés.

— En effet, il est regrettable de voir qu'ils n'hésitent pas à vous mettre en danger en provoquant l'armée la plus puissante de la galaxie.

— Quoi ? Demanda le Préfet, affolé. Mintaka pourrait avoir des problèmes ? Mais nous n'y sommes pour rien…

— Ne vous inquiétez pas, le rassura Durka. Si vous êtes prêt à nous faire confiance, nous vous aiderons. Nous vous débarrasserons de ces Scarans, et vous protégerons du reste de la galaxie, tout en vous laissant exploiter vos mines. Et ce, à moindres frais.

— Et que nous conseillez-vous ? Les Scarans ont une puissante armée. Et même individuellement, ils sont dangereux pour nous.

— Bien entendu, confirma Durka. Je reconnais volontiers que ça ne va pas être évident de libérer Mintaka III de l'invasion Scaranne, mais pour vos concitoyens, vous vous devez de nous permettre de les repousser.

Le préfet Kidden soupira. Ce Pacificateur avait raison, mais les Scarans étaient terrifiants. De par leur aspect dans un premier plan, ressemblant à tout sauf à des Sébacéens avec leur visage allongé et animal, leur grande taille, leur peau blanche… Ils étaient repoussants. Les Mintaks avaient d'ailleurs étaient très étonnés quand ceux-ci avaient débarqué sur leur planète. Il subsistait encore des tensions au sein de son peuple, qui n'avait aucune confiance en eux. D'autre part, les Scarans possédaient une grande force physique, bien supérieur à ceux des Sébacéens. Pour terminer, leur armée était colossale. Mintaka III, elle, n'avait aucune armée… C'était une planète ouvrière et en aucun cas militaire. La situation était vraiment critique. Certes, accepter la situation telle qu’elle était lui éviterait de se mettre en danger. Mais les récentes disparitions et les taxes beaucoup trop élevées ne lui laissaient pas le choix. Il ne restait plus au préfet qu'à faire confiance à ce Pacificateur qui lui proposait son aide, même si son allure était peu engageante, avec ses cheveux blancs, son œil crevé et ses balafres au visage. Il possédait un regard terrifiant qui témoignait de son passif militaire. Il était impressionnant et il était clair qu'il n'était pas bon d'être opposé à lui. Aussi, le Préfet prit sa décision. Malgré la crainte que Durka lui inspirait, il allait faire confiance à cet homme.



page précédente        page suivante

Commentaires sur farscape :

Pas encore inscrit ?