Rygel le XVIème









Pages en ligne

Episode 1

page 001   page 002  


Episode 2

page 001   page 002   page 003  


Episode 3

page 001   page 002   page 003  


Episode 4

page 001   page 002  

Il passa la nuit dans sa cellule à maudire son cousin Bishan et à bougonner à cause de l'esclave Banik, enfermé à côté de sa cellule, qui passait son temps à psalmodier, et à hurler de douleur. Des souffrances sûrement d'ordre mental, il n'avait pas vu de signe de maltraitance sur lui quand il l'avait aperçu, en arrivant.

— Rahh, râla-t-il. Je déteste les Baniks!

Non, décidément il n'avait pas sa place en prison et il lui tardait que ce problème soit réglé et qu'il retrouve enfin sa place. Il se retourna dans son petit lit, encore et encore. Sa colère ne cessait de grandir et il ne parvenait pas à trouver le sommeil, obsédé par ses problèmes.

Le lendemain se déroula d'une meilleure manière. Il se réveilla dans son nouveau lit. Puis, quelques Arns plus tard, on lui amena des Cubes de rationnement pour le petit déjeuner. C'était un aliment insipide, mais il était affamé. On ne l'avait pas nourrit la veille et ses trois estomacs criaient famine.

Au bout d'un moment, un garde vint chercher le Banik et il ne revint plus. Le Dominar avait beau penser à l'amiral Sodge qui lui clamait qu'il serait bien traité s'il se comportait bien, il ne pouvait s'empêcher de vouloir tenter quelque chose. Le trône lui appartenait. Son cousin n'avait pas les épaules pour gouverner et cette alliance avec les Pacificateurs lui semblait néfaste pour son peuple. De plus, un Dominar n'avait pas sa place dans une cellule. Cette situation ne pouvait durer une Microts de plus. Il décida donc d'examiner la pièce dans laquelle il se trouvait.

C'était une cellule somme tout commune, avec une grande porte contrôlée électriquement. Cette porte était composée de barreaux, pour que les gardes puissent les voir lors de leurs passages, et Rygel pouvait à peine passer son bras entre deux d'entre eux. Les murs métalliques n'étaient pas peints et il n'y avait aucune décoration. Son lit était posé dans un coin. C'était un lit à sa taille et il se demanda si on ne l'avait pas placé là exprès pour lui. Il disposait également d'une petite commode assez vieille, d'un état plutôt mauvais, où on avait déposé le reste de ses effets, notamment quelques tenues royales. Au centre du plafond, Rygel repéra une sorte de trappe et eu un espoir. Il pouvait l'atteindre facilement grâce à son trône volant. Il passa de longues minutes à essayer de l'ouvrir et quand il y arriva finalement, il fut quelque peu déçu. Cette trappe ne menait qu'à une espèce de petite pièce minuscule, remplie de câbles. De plus, à l'intérieur, il jugea qu'il n'y avait rien qui pourrait servir son évasion. Il aurait pu éventuellement endommager ces câbles, mais il n'avait rien pour le faire, sauf ses dents, et il trouva trop risqué pour essayer. A tout hasard, il jeta un coup d'œil sous son lit. Il n'y avait rien d'intéressant la non plus, mais cela lui donna une idée. Cet amiral Pacificateur avait la faiblesse de ne pas être assez méfiant envers le Dominar, qu'il sous-estimait visiblement. En effet, Rygel ne voyait nul part de caméra de contrôle ou quoi que ce soit qui puisse le surveiller, mis à part les gardes qui passaient de temps en temps. Ces gardes, comme tous les Pacificateurs d'après ce qu'il en jugeait, étaient réglés comme des horloges, visiblement éduqués à faire des gestes précis, à des moments précis. Il avait rapidement repéré à quelle régularité ils passaient et décida de mettre son plan en exécution en fin de soirée.



page précédente        page suivante

Commentaires sur farscape :

Pas encore inscrit ?