Rygel le XVIème









Pages en ligne

Episode 1

page 001   page 002  


Episode 2

page 001   page 002   page 003  


Episode 3

page 001   page 002   page 003  


Episode 4

page 001   page 002  

Mintaka III était une petite planète ouvrière, autrefois indépendante, peuplée de Sébacéens. Elle était la troisième planète du système qui en comprenait huit, tournant chacune autour de l'étoile de Mintaka. C'était une planète développé mais qui ne connaissait pas les voyages dans l'espace et elle intéressait grandement les Pacificateurs, d'autant qu'elle était sous contrôle Scaran. La haine réciproque entre les Pacificateurs et les Scarans datait de centaines de cycles. Les Scarans restaient à jamais les ennemis les plus acharnés des Pacificateurs et des Sébacéens en général. Créatures humanoïdes d'allure saurienne, ils se trouvaient être capables de déclencher une intense chaleur grâce à leur propre corps, ce que les Sébacéens ne supportaient pas. En effet une chaleur intense pouvait causer la mort d'un Sébacéen, provoquant chez eux une maladie appelée "le délire de chaleur". D'un point de vue politique, les Scarans et les Pacificateurs se partageaient la galaxie avec un autre peuple, plus discret, les Nébaris, s'alliant chacun avec les peuples se rapprochant de leur territoire. D'un point de vue technique, Mintaka étant proche du territoire Scaran, il était normal qu'ils l'aient pris sous leur contrôle. Mais qu'un peuple Sébacéen soit au service des Scarans révoltait Durka, comme beaucoup d'autres Sébacéens. Il désirait obtenir cette planète à la place des Scarans, de gré ou de force. Cela vaudrait des récompenses militaires et un prestige non négligeable pour cet homme en quête de pouvoir. Cette mission était donc de la plus haute importance pour lui, mais il fallait qu'il la joue avec prudence. Aussi, Durka était-il venu à bord d'un petit module banalisé, et avait revêtu des tenues s'accordant avec ceux des habitants Mintaks. Il était accompagné de ses deux hommes les plus fidèles. Être discret était de la plus haute importance, si les Scarans découvraient son manège, il aurait de graves ennuis. Aujourd'hui, il avait un rendez-vous secret avec le Préfet de la planète, l'homme le plus important de Mintaka, pour parlementer avec lui. Le Préfet, qui s'appelait Salt Kidden, était un homme petit et replet. Il portait comme vêtement une robe colorée et serré sur lui, avec un écusson sur le cœur, qui montrait son poste au sein de la planète. Le préfet était également accompagné de trois hommes, employés à le protéger. Quand l'homme se rapprocha, Durka remarqua qu'il était assez stressé. Visiblement, il avait peur que ce rendez-vous nocturne ne lui attire des ennuis auprès des Scarans. Somme toute, c'était normal.

— Dépêchons-nous, Durka, déclara le Préfet. Je n'aime pas ce genre de réunions secrètes.

— Ne vous inquiétez pas, le rassura Durka. Mes hommes ont surveillé les lieux, il n'y a pas de trace de Scarans dans les parages.

— Ce ne sont pas les seuls qui pourraient nous causer des ennuis, râla le Kidden. Les riverains pourraient se montrer bavards avec la police Scaranne si on me voyait dans ce genre d'affaires louches.

— Louches ? Répéta Durka. Mais enfin, nous sommes Sébacéens également. Je n'ai pas revêtu mon uniforme pour me rendre sur cette planète. Et je suis venu dans un simple module banalisé. Cette rencontre est des plus anodines.

— En quelques sortes. Mais l'heure avance, et le couvre-feu est dans quelques minutes. Notre présence en sera de plus en plus suspecte.

— Peut-être, mais c'est pour la bonne cause, non ?

— Oui, sûrement…

Le préfet marchait rapidement autour de Durka. Il tournait en rond et le Pacificateur ne cessait de le suivre de son œil valide, et tentait de ne pas montrer son exaspération devant un tel comportement.

— La situation avec les Scarans est de plus en plus insupportable, reprit Kidden. Ils demandent des taxes tellement énormes. Soit disant pour la protection de notre planète. Pourtant ce sont les premiers visiteurs que nous avons eu. Avant eux, nous ne savions rien des voyages dans l'espace, nous étions tranquilles. Pour tout dire, avec de tels frais il en devient difficile d'assurer le couvert à tous nos habitants.

— Les Scarans n'aiment pas les Sébacéens, confirma Durka. Il est clair qu'ils vous manipulent. Cette planète devrait être sous notre protection.

— C'est une banale planète ouvrière vous savez, soupira le Préfet. Nous n'avons pas les moyens de nous plaindre. Nous n'avons pas de vraie police depuis que les Scarans ont pris le contrôle de la planète. C'est eux qui assurent la protection de nos concitoyens. Mais, voyez-vous, depuis quelques Weekens, nous nous méfions d'avantage d'eux...



page précédente        page suivante

Commentaires sur farscape :

Pas encore inscrit ?