Un masque… un masque blanc, osseux, assez terrifiant… Il recouvrait tout son visage, du haut du front jusqu’au cou, jusqu’à derrière les oreilles. Je tirai ma bure de Jedi pour attraper mon sabre laser à ma ceinture, mais il se jeta sur moi rapidement. Alors que je relevai mon bras tenant le sabre laser, il m’infligea un puisant coup de pied juste sous l’épaule. Je titubai sur le côté, tandis que mon bras resta paralysé quelques secondes. Il en profita pour m’attraper le poignet. Il me serrait tellement fort que je n’arrivai pas à appuyer sur le bouton d’activation de la lame. Il m’agrippa de son autre main par ma tunique blanche de jedi, et me souleva à sa hauteur il était bien plus grand que moi, et sa cape lui donnait une allure massive… Sous la douleur, je lâchai mon sabre qui tomba par terre en silence, le bruit étant aspiré par la moquette rougeoyante… A cette distance, je pu discerner les yeux de mon adversaire derrière ce masque des yeux très clairs, verts pales irisés d’orange…

— Qui es-tu enfoiré, demandai-je difficilement en tentant de me libérer de ma main gauche sans succès…

— Oh

Il semblait posséder une voix calme, humaine, bien que légèrement résonnante. Il me souleva un peu plus haut tout en se tournant de façon à ce que la baie vitrée soit derrière moi. Il sembla se cabrer, recula son bras gauche pour me frapper et avant même d’avoir pu invoquer la Force pour m’aider, il me donna un violent coup avec la paume de sa main au thorax qui me fit percuter violement la vitre, sans qu’elle ne casse. Je tombai à terre avec le dos et la poitrine très douloureux…

D’un pas lent, mais certain, il se rapprocha de moi, qui tentai de me relever en vain. Il se mit à genoux face à moi.

— Tu me déçois, tu sais

Il me rattrapa par le col, me releva avec une facilité déconcertante, puis me plaqua contre la vitre qui se brisa sous la force de l’inconnu. J’étais maintenant suspendu dans le vide, et je tentai de m’agripper au bras droit de mon ennemi avec mon bras encore valide. Le vent tentait de m’emporter, nos capes risquaient de s’envoler.

— Pourquoi es-tu si faible

— Quoi, soufflai-je en rouvrant mon œil gauche pour l’observer.

Alors que je me voyais déjà chuter, il sembla y avoir un temps mort. Un court instant où l’on resta face à face. Je me servis de ce petit moment pour enfin user de la force. J’ouvris d’un coup la paume de ma main droite et poussait mon ennemi via la Force. Tandis qu’il allait percuter le mur d’en face, à côté de la porte fracassée, je tombai. Mais je parvins à me retenir sur le rebord avec mon bras gauche. Bien qu’il restait des débris de verre qui me tranchait le bras, je m’efforçai d’oublier la douleur et de me remettre sur pied. J’observai ensuite rapidement la pièce devant moi, après m’être relevé. L’inconnu était debout mais ne bougeait pas. La selkath était sur ma gauche, elle semblait plutôt calme malgré le combat qui se déroulait sous ses yeux…

Mon ennemi fit un bref mouvement, et par précaution, je me précipitai au devant de la selkath. J’utilisai dans le même temps la Force pour faire venir à moi mon sabre laser qui était encore sur la moquette. D’une rapidité fulgurante, l’homme masqué se déplaça, mais pas vers moi. D’un simple geste sec, il parvint à saisir mon sabre en plein vol. Toujours dans son mouvement, il propulsa le sabre par delà la fenêtre brisé… Alors qu’il me tournait le dos, je me précipitai vers lui. Il fit un simple mouvement rotatif, et plaça son coude entre les deux poumons, au niveau du cœur, choquant tout mes organes du médiastin et me faisant presque perdre connaissance sur le coup. Il m’attrapa par le col lorsqu’Alex, qui avait dû percevoir le trouble du combat dans la Force et me sentir en danger, intervint. Il passa les restes de la porte et activa son sabre laser. L’inconnu se retourna vivement lorsqu’il entendit le bruit bien spécifique de l’apparition de la lame. Alex chargea. Pour se protéger, l’homme en noir me jeta sur Alex, qui me rattrapa tant bien que mal, ce qui fit que nous nous écroulâmes tous les deux au sol. L’inconnu en profita pour sauter par dessus nous et s’enfuir par la porte…

Alex me poussa sur le côté, et sortit lui aussi pour tenter de le rattraper. Je me relevai lentement. Je ne comprenais plus je venais de me faire battre par un inconnu… mais surtout ridiculisé. A genoux, je me tournai vers la Selkath, qui était resté en retrait tout ce temps. Pourquoi cet homme ne s’était-il pas attaqué à elle Il devait probablement être à la solde du hutt… il ne pouvait pas s’attaquer à un Jedi pour son propre compte, personne ne devait savoir qu’on allait se trouver à cet endroit en cet instant précis… et personne ne pouvait tenir tête à un Jedi ainsi à part un autre jedi, ou un mandalorien peut-être… Etait-ce un chasseur de prime

J’entendis la Selkath recevoir un appel. Elle répondit brièvement. Je ne fus pas en mesure de comprendre ce qu’elle disait, le droide traducteur ayant été bizarrement mis en veille… Je serrai les dents, prononçai une célèbre insulte corellienne et tapai le sol de mon poing. Alex arriva, bredouille, alors que la selkath venait de terminer sa communication. Elle réactiva son droide traducteur et s’approcha d’Alex et moi.

— J’ai reçu une communication d’un de mes petits mercenaires. Il a trouvé la planque de l’organisation que nous cherchons tous. Je peux vous y conduire, si vous me protégez du Hutt.

— Vous avez déjà trouvé leur base, fit Alex, étonné.

— Ne sous-estimez pas les non-jedi, jeune padawan.

Cette remarque me fit décocher une grimace. Des jeunes padawans… c’était effectivement ce que l’on était encore… des jedi incapables de mener parfaitement une simple mission…

— Ressaisis-toi, finissons notre mission, et on partira à la recherche de cet inconnu.

Sur le coup, j’écarquillai les yeux, et relevai la tête vers Alex. Je ne m’étais même pas encore rendu compte qu’il n’avait pas réussi à le poursuivre…

— Ouais…

Je me relevai péniblement, mes membres étant endoloris.

— Allons-y, ça commence à m’ennuyer tout ça. Il y a bien trop de mystères.

« Et de difficultés qui n’auraient pas eu lieu d’être », me dis-je simplement.

Nous sortîmes de l’appartement quelques peu bordélique après l’éprouvant combat, et nous prîmes à nouveau l’ascenseur. Finalement, nous y étions restés que très peu de temps dans cet appartement… assez longtemps pour se prendre une raclé en fait… mais…

— Dame Shama, où se trouve la base que votre mercenaire à trouvé

— Vers le Sud Est, à environ cinquante kilomètre de la ville.

Ce n’était pas le même endroit que nous avaient indiqué les filles sur l’holodisque…

— Et qui est votre informateur Comment a-t-il trouvé cette information

Je regardai la selkath, qui soutint mon regard. Alex, qui était devant nous, devant la porte de l’ascenseur, pivota la tête légèrement dans ma direction.

Je ne connaissais aucune mimiques des selkath, il m’était impossible de savoir qu’elle réaction elle avait… Et la Force ne me disait rien d’alarmant non plus.

— Pourquoi toutes ces questions, jedi, fit le traducteur droide.

— Je cherche à m’informer, c’est tout.

Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent. Alex regarda rapidement s’il n’y avait aucun danger, puis nous sortîmes dehors. La selkath sortit de sa petite tunique bleutée une carte d’activation et se dirigea vers un speeder vert pomme, à toit ouvrant. Elle activa le speeder avec sa carte, monta au siège conducteur et nous fit signe de nous asseoir derrière.

— C’est un joli speeder que vous avez là, fit Alex, comprenant la même chose que moi. Où l’avez-vous loué

— Je ne l’ai pas loué, il est à moi depuis longtemps, dépêchez-vous avant qu’on se fasse attaquer par le mercenaire de cette bave de hutt.

Alors qu’on s’asseyait comme elle nous l’avait demandé, elle démarra le speeder. Je croisais le regard d’Alex. Nous nous méfions peu à peu de la selkath, mais nous ne savions pas encore quel rôle elle avait réellement dans toute cette histoire…

Mes côtes gauches me firent tout à coup mal, et Alex s’approcha pour utiliser l’un de ses pouvoirs de soins qu’il avait consciencieusement appris. Je lui fis signe de ne pas intervenir, malgré la grimace que je faisais. Il m’avait déjà sauvé la vie plus d’une fois, je venais de me faire laminer, je n’avais pas besoin de ce genre de réconfort. Je commençais à regretter le chemin que j’avais choisi un apprentissage poussé du maniement du sabre laser et de la Force à des fins offensifs et défensifs. Un contrôle de la Force curative m’aurait bien servi, mais se faire battre minablement comme ça, alors que le combat devait être ma spécialité… ma fierté venait d’en prendre un coup

La Selkath nous fit découvrir la cité à vive allure, ne nous laissant pas le temps de contempler l’architecture. Nous quittâmes la ville en quelques minutes, nous laissant admirer l’étendue presque sauvage des champs. Nous arrivâmes finalement en vue de l’entrepôt de bacta isolé, à l’intérieur duquel devait se trouver le réseau que l’on cherchait à démanteler.

La selkath arrêta le speeder trop près à notre gout. Elle sorti rapidement du véhicule et couru jusqu’à l’entrepôt. Une large porte de fer était ouverte. Elle allait y pénétrer.

— Mais qu’est-ce qu’elle fout, demanda Alex.

— J’ai un mauvais pressentiment.

Sortant enfin du speeder à notre tour, nous détachâmes en même temps nos sabre laser de leur ceinture, puis nous courûmes rejoindre dame Shama. Malgré notre bonne vitesse, nous ne la rattrapâmes pas, elle avait pris trop d’avance en nous surprenant ainsi. Lorsque nous fûmes à l’intérieur de l’entrepôt, elle avait déjà dépassé un rang de mercenaires armé, pointant vers nous leurs armes diverses. Je serrais les dents. Tout cela n’avait encore aucun sens. Et il n’y avait pas de temps à la négociation avec des mercenaires. Sur un simple ordre de la Selkath, nous fûmes prit pour cible.

Des dizaines de traits laser fusèrent vers nous, nos sabres s’illuminèrent, et nous tentâmes de parer un maximum de tirs mortels. Nous en renvoyâmes quelques uns vers les tireurs, mais sans précision. Nous ne pouvions que reculer.

Seulement, la Force nous perturba un instant. L’image de mon agresseur de l’hôtel me vint à l’esprit, mais étrangement, ce n’était pas lui le danger potentiel qui nous menaçait… Derrière nous, de nombreux speeders venaient d’arriver. A bord, plusieurs vingtaines d’autres mercenaires. Nous semblions être pris au piège.

Je me retournai pour leur faire face, tandis qu’Alex se mettait dos à moi. Sabre en position horizontale, jambes légèrement fléchies, je m’attendais à devoir parer de nombreux traits laser. Mais les speeders ne ralentirent que très faiblement, et bientôt, les tourelles postées à l’arrière des véhicules commencèrent à cracher des jets d’énergie, et les mercenaires à côtés, empoignaient des fusils blaster et pointaient leurs armes devant eux.

Etonnamment, les tirs des tourelles nous passaient à côtés pour heurter violement les énormes caisses de marchandises de l’entrepôt, les perforants, créant par là même des étincelles lumineux et un dégagement de fumé grisâtre.

Très vite, les speeders nous dépassèrent, et les hommes à leurs bords ne nous regardèrent même pas. Nous n’étions aucunement leurs cibles. Je me retournai pour assister Alex à parer quelques traits incandescents qui fusaient encore vers nous, alors que le combat était plutôt engagé entre les deux forces de mercenaires. J’étais à nouveau dépassé par ce qui arrivait. Quelque chose nous échappait.

— La selkath ! Il faut la retrouver !

Je regardai Alex, hochai la tête, et ensemble nous nous jetâmes dans la mêlée. L’entrepôt devenait un vrai champ de bataille, et la fumée qui s’épaississait renforçait cette impression. A travers le brouillard du combat, quelques-uns des subordonnées de Dame Shana nous tiraient dessus, mais nous pouvions renvoyer les tirs facilement.

Nous nous enfoncions dans l’entrepôt, nul doute que la selkath s’était réfugiée loin du combat. Alors que l’on courrait, un speeder nous dépassa, continuant de tirer sur quelques autres mercenaires qui fuyaient en vain.

Un frisson me parcourra l’échine, et je m’arrêtais, en même temps qu’Alex. Mon regard fut attiré par une silhouette en haut d’une pile de caisses de marchandises. En haut des douze mètres, cette silhouette noire que je connaissais déjà empoigna un lance-roquette qu’il mit à son épaule droite. Rapidement, sans vraiment viser, il tira. La roquette fila droit sur le speeder devant nous en un sifflement strident, avant d’exploser en une boule de feu éblouissante.

Grâce à la Force, ou juste à la chance, je m’étais abaissé à temps pour éviter qu’un débris de fer ne me coupe la tête. Je senti les quatre mercenaires mourir instantanément. Je n’avais rien pu faire d’autre que regarder.

Alex se releva avant moi, et serra son sabre laser. Mon attention se reporta sur le mystérieux assassin. Ce dernier laissa tomber son lance roquette et se redressa. De là haut, il semblait vouloir nous dire qu’on était très inférieur à lui. Il nous provoquait.

— Alex, laisse le moi, va chercher la selkath, fis-je en me redressant lentement.

Mon ami se retourna, et remarqua dans mes yeux des intentions pas tout à fait Jedi, mais il me laissa faire. Il jeta un dernier regard à l’homme vêtu de noir, puis se remit à courir vers le fond de l’entrepôt.

Je levai la tête. Il était toujours là. Il m’attendait. J’utilisai la Force pour percevoir ses intentions, mais je me heurtai à un mur… ou plutôt un vide… une sensation très étrange. Il ne semblait pas porter d’arme, je pensais pouvoir l’attaquer rapidement et le contrôler, maintenant que j’avais mon sabre bien en main.

Je m’élançai en avant puis sautai en hauteur. Je m’appuyai de mon pied droit sur une caisse de marchandises pour aller plus haut. J’arrivai presque à sa hauteur quand à son tour il s’élança en avant, avec une vitesse et une force que je n’avais vu qu’en Rocka.

Je me cru un instant à un match de gravball le choque fut brutal et me coupa le souffle. Sous sa grande cape noire, cet homme portait une sorte d’armure blanche osseuse très résistante. Tandis que je commençai à retomber en arrière, il se repositionna à la verticale en s’appuyant rapidement de ses mains sur mes épaules, puis, les pieds joints, il me flanqua un coup sec à l’abdomen. Alors qu’il se servit de ce coup pour pouvoir rejoindre une autre pile de caisses, je tombai rapidement et heurtai lourdement le sol. Ma tête percuta violement le durabéton et je commençais à sombrer dans l’inconscience.

Poussant quelques plaintes de douleurs, les yeux quasiment fermés à cause de la douleur, je parvins tout de même à entendre des pas qui s’approchaient. Ces pas étaient lents, à la fois silencieux et lourd. Une démarche qui inspirait déjà de la crainte.

Serrant les dents, je me forçais à entrouvrir un œil en direction des pas qui s’étaient arrêté à… à peine deux mètres. Je relevai légèrement la tête, dévisageant toute sa silhouette une nouvelle fois. Pour moi, cela ne faisait aucun doute l’homme qui se cachait derrière ce masque osseux ne devait être qu’un Sith pour pouvoir me vaincre si facilement, sans même sortir une arme. Après tout, on nous avait appris que les Sith allaient toujours par deux depuis des millénaires, et que Obi-Wan Kenobi en avait tué un huit ans plus tôt… C’était peut-être le second.

Le Sith se retourna, et s’en alla l’air de rien, alors qu’autour de nous encore, des tirs de blaster fusaient. Sans un mot, sans explications, sans raisons, il me laissa là, sur le sol, me tordant encore de douleurs, vaincu.



page précédente        page suivante

Commentaires sur HdlF :

Pas encore inscrit ?