Chapitre 13



Nous n’avions pas réussi la fin de notre mission. La piste était complètement perdue. Quelque part dans la galaxie, un scientifique à l’ambition démesurée se cachait, et certainement qu’il préparait d’autres expériences farfelues et dangereuses…

Mais ce problème ne nous concernait plus. Notre première grande mission était terminée, le Conseil s’occupait du reste, notamment tout ce qui concernait les politiciens haut placés qu’il fallait arrêter. Kel Arfar était dorénavant recherché dans tous les systèmes. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’on le retrouve.

Le soir du débriefing final, nous nous étions permis un petit restaurant à quatre. Bien entendu, ce fut Ildara qui avait payé, comme pour nous remercier de l’avoir tiré d’affaire. Rentrant au Temple très tard dans la soirée, ou plutôt la matinée suivante, nous nous séparâmes pour aller se coucher dans nos chambres personnelles. L’occasion pour chacun de faire le point une dernière fois sur cette mission. Et l’occasion pour moi de penser à mes rêves précédents.

Me faire battre par un homme mystérieux me dérangeait énormément, plus que ça ne le devrait, mais me voir tuer Alex était certainement le pire. D’un autre côté, ça me soulageait que ce ne soit pas Aya.

Je m’endormis finalement en pensant à elle.


— Il n’y a rien à faire ! Filez, je le retiens ! Allez !

Je cours déjà vers la sortie. Je ne sais pas où je suis, je ne sais pas qui m’a ordonné de m’enfuir. Un jedi ? Oui, c’en était un.

Soudain m’apparait une silhouette sombre. Est-ce encore celui qui m’a battu par deux fois déjà ? Il se retourne… Alex.

— Oh ?

Un sabre laser qui s’active dans sa main, idem de mon côté.

— Tu me déçois tu sais, pourquoi es-tu si faible, fait-il, comme un écho de la phrase que l’homme au masque blanc m’a dit sur Thyferra.

Il se jette en avant pour m’attaquer, balançant son manteau noir sur moi, mais il ne m’atteindra jamais. Le noir du manteau recouvre toute ma vision, puis plus rien…


Rien avant de voir une lumière vive apparaître au loin, comme une étoile dans le ciel. Elle s’approche rapidement, prend forme humaine. C’est Aya. Elle a l’air effrayé, elle me tend la main, je la prends, mais je passe à travers. Son visage se transforme en celui d’une autre femme. Son visage ressemble au mien… les mêmes yeux. J’entends le grognement d’un wookie, c’est Rocka. J’entends Aya m’appeler, j’entends le cri d’un bébé, puis tout un vacarme autour de moi.

Je ferme les yeux. Le silence.


Je les ouvre. Je suis au Temple. Le silence règne toujours. Même dans la Force, comme si l’endroit était vide de présence. Je me lève et je remarque des brûlures sur tout mon corps. J’avance pour sortir de ma chambre, mon corps me fait mal. J’ouvre la porte. Je vois des padawan gisant sur le sol. J’entends une respiration forte, mécanique à ma droite. Je tourne la tête lentement. Le Temple se transforme, je ne sais plus où je suis, ma respiration est coupée, et je perds conscience très vite.


Je me réveillai alors. J’avais le souffle court, et une impression désagréable. Je ne me sentais tout d’un coup perdu. Je ne me sentais pas chez moi.

La gorge sèche, je m’assis sur le bord de mon lit, la tête entre les mains. Mon cauchemar hante mon esprit, mais peu à peu, je parviens à me calmer. Je m’habille quelques minutes plus tard et sors pour trouver Yoda rapidement. Je le trouvai alors qu’il surveillait de jeunes jedi :


— Etranges sont ces rêves, fit le petit maître jedi en se caressant légèrement le menton après que je lui ai expliqué ce qui me tracassait. La peur d’être impuissant, ils te montrent.

— Mais jamais je n’ai voulu être le plus puissant de la galaxie moi, répondis-je, en haussant les épaules.

— Par le mystérieux inconnu, par deux fois, tu as été vaincu. D’être un Sith, tu penses qu’il est. Le battre tu souhaites, ta revanche tu veux prendre. Acquérir plus de pouvoirs tu voudrais, pour protéger les tiens, rétorqua Yoda en pointant un doigt vers moi.

— Oui, protéger mes amis, ça je ne dis pas, mais je n’ai pas cherché à être plus fort !

— Pas encore, finit-il en s’appuyant sur sa canne et en me fixant.

— Pas encore ? Je dois voir dans ces rêves une vision du futur ? Un Alex qui devient Sith, un nouvel ennemi qui semble vouloir ma mort ?

— Complexe sont les rêves… je l’ai déjà dit. En parler au Conseil il me faut. Découvrir ce qui se trame nous devons. En attendant, ne pas quitter le Temple je te demande. Ce soir, des réponses peut-être, je pourrais t’apporter.

— Bien maître, j’attendrai.

Le Jedi à la peau verte se détourna de moi :

— Jeunes gens, finit est la récréation. Etudier nous allons, avant de déjeuner.

Alors que Maître Yoda rentrait lentement dans la salle de cours, il fut dépassé par une petite douzaine de gamins, d’environ six ou sept ans, d’espèces diverses mais tous vêtus d’une tunique de Jedi blanche.

Lorsque la porte se referma, je me relevai. Mon genoux droit me fit mal une seconde, mais je n’y fis pas attention. Je restai un moment là, adossé contre le mur, à réfléchir un peu. Puis, lorsque je fis le tour de mon rêve sans trouver de réponse, je me décidai de marcher lentement, pour me promener dans le Temple.

Au bout d’un moment, j’arrivai devant un écran holographique. C’était ici qu’était afficher plusieurs missions diverses demandées aux Jedi. En effet, ce n’était pas toujours le Conseil qui assignait chaque membre jedi à une mission. Le Conseil les vérifiait et gardait pour eux les missions qu’il destinait à quelqu’un en particulier ou des missions de grandes importantes. C’était aussi le cas pour les missions où un padawan devait passer ses épreuves, ou pour des débutants, comme notre mission avec Alex.

Les autres missions, le Conseil les laissait à la vue de tous Jedi qui désiraient servir la République. Il suffisait de choisir celle qu’on voulait à partir de la liste de l’hologramme, puis de valider sa participation auprès du droïde protocolaire qui restait toujours sagement à la même place, à côté de l’écran. Puisque j’avais du temps à perdre, je m’amusais à lire toutes les missions. Il y avait de tout, pour partout.

— Eh ! Loïc !

Je regardais à ma droite, Alex arrivait, en petite foulé.

— Salut, lui répondis-je simplement.

— Qu’est-ce que tu fais à rester là ? Tu veux déjà repartir en mission, me demanda-t-il un peu ironiquement.

— J’aimerais bien en fait, ça me changerait les idées. Mais je ne peux pas quitter le Temple maintenant… j’attends des réponses de la part de Maître Yoda…

— Toi… tu as encore rêvé ?

— Ça se voit ?

— Ouais. Allez ramène-toi. Il est peut-être un peu tôt, mais manger te fera du bien déjà.


— On pourrait faire un truc à trois si vous voulez bien, fit Aya d’un air innocente.

— A trois ? Tu veux dire que…

— Elle parle d’une mission à trois Alex, lui dis-je d’un ton peu joyeux.

— Je sais, je sais, je voulais plaisanter.

— Ah ah, c’est réussi dis-donc.

Nous avions retrouvé Aya au détour d’un couloir, alors que l’on se dirigeait vers le mess. Elle n’avait rien de spécial à faire, alors elle nous avait suivis pour manger avec nous.

Après un court silence, Aya reprit :

— On aura qu’à aller voir ce qu’il y a, se réserver une mission, et commencer dès que tu auras eu tes réponses.

— Ouais…

Le reste du repas se termina mieux qu’il n’avait débuté. Lorsqu’Aya se mit à faire des blagues elle aussi, le sourire me revint.

Une fois le repas terminé, nous nous dirigeâmes vers l’écran de missions que nous commencions à consulter en détail.

— Là, ils demandent trois Jedi. Une mission d’escorte sur Malastare…, fit Alex.

— Oui mais non, ils veulent des Jedi âgés, avec de l’expérience, rétorquais-je. Plus que celle que nous avons.

— Exact… Là, Rhen Var, on doit garder de façon permanente un petit temple Jedi… c’est un monde glacé.

— Ouah vous avez vu, fit Aya, c’est pour deux ans ! C’est trop long ça.

— Peut-être qu’on peut s’arranger pour y rester un peu moins longtemps, fis-je sans être vraiment convaincu.

— Laissons tomber... ensuite nous avons… Talorande, planète gazeuse, on doit contrôler les cargaisons de gaz tibanna, et vérifier les autorisations d’accès des employés…

— Oki, fis-je, ça à l’air pas mal, inscris-nous.

A peine qu’Alex commençait à prendre la mission, que la Force nous « demanda » d’attendre quelques secondes. Ce ne fut pas long : apparaissant du bout du corridor, maître Yoda, sur un petit siège anti gravité, suivit de Mace Windu et Plo Koon, se dirigeait vers nous.

Lorsqu’ils nous virent, Windu, qui était au centre, leva légèrement les bras pour arrêter le groupe. Cela nous intrigua un peu de les voir se concerter ensemble au dernier moment. Après presque deux minutes, ils se redirigèrent vers nous qui les attendions :

— Solaris, de tes rêves nous avons parlé, fit Yoda depuis son siège anti-gravité.

— Il s’y passait quoi cette fois ? demanda furtivement Alex à qui je n’avais pas eu le temps d’expliquer le détail de mes cauchemars avec l’arrivée d’Aya.

— Et donc, m’empressais-je de dire en ignorant mon ami à qui je ne tenais pas à expliquer maintenant ce qui se passait dans mon inconscient.

— Nous ne pouvons t’apporter aucune réponse, fit le Kel Dor calmement tandis que Yoda acquiesçait.

— Passé, présent et futur semblent mélangés, me dit Windu avant même que je ne puisse protester. Tes sentiments aussi. Nous ne pouvons ordonner ton esprit à ta place.

— Que dois-je faire alors ?

— Méditer toi-même tu dois, faire la distinction des choses tu pourras, répondit Yoda alors que Mace Windu scrutait l’écran holographique.

— Mais comment ? Je ne vais pas savoir par où commencer…

— Rhen Var… Torn Adalsa est là-bas depuis plusieurs années, c’est un spécialiste de la méditation. Il pourrait t’aider.

Yoda acquiesça de nouveau.

— Nous te demandons de choisir cette mission, conclut donc Plo Koon.

— Mais ce n’est que pour deux, fit Aya d’un ton presque plaintif.

— T’inquiètes pas, tu vas avec lui, moi, je me débrouillerais de mon côté, intervint Alex.

— Non, rétorqua Windu. Alex tu iras avec Loïc. Nous voudrions te confier une autre mission Aya.

— Mais je…

Alex n’avait pas à finir sa phrase, nous avions tous compris qu’il ne voulait pas passer deux ans sur un monde de glace. Pour ma part, je ne réfléchis pas longtemps. Je souhaitais connaître la vérité derrière ces rêves.

— J’accepte la mission.

— Bien, fit Windu, on vous laisse l’indiquer à l’écran. Aya, suis-nous s’il te plait.

Les trois Maîtres commencèrent à repartir, Aya les suivit presque immédiatement et en se retournant nous dit :

— Quoiqu’il arrive, je viendrais vous voir avant votre départ.

— J’espère bien, lui répondis-je avec un sourire.

Après me l’avoir rendu, elle reprit sa marche derrière les trois Maîtres du Conseil.

— C’est la galère… deux ans sur Rhen Var…. on va trop s’ennuyer, déclara Alex d’un ton las.

— On verra bien. Je me demande quand même quelle mission ils ont prévu pour Aya…

Alex ne répondit pas, se contentant de les regarder s’éloigner tout en restant à côté de moi. Nous nous inscrivîmes ensuite pour la mission de Rhen Var. Nous avions peu de temps devant nous : on devait partir le lendemain dans l’après midi. Nous profitâmes alors de la soirée et du matin suivant pour nous amuser sur Coruscant. Après tout, pendant deux ans nous ne connaîtrions que la glace et le froid, et les batailles de boules de neiges comme divertissement, loin de toute civilisation. L’après-midi nous regrettâmes de ne pas avoir vu Aya avant notre départ du spatioport. Heureusement, nous pouvions toujours nous laisser des messages sur nos comptes Holonet.




page précédente        page suivante

Commentaires sur HdlF :

Pas encore inscrit ?