Chapitre 2


Je suis Alex Raziel, un Chevalier Jedi. Je sens dans la Force que de nombreux troubles vont bientôt affecter la galaxie. Je prends donc le temps qu’il me reste pour écrire les aventures que j’ai vécues. Nous sommes maintenant vingt-trois années après la destruction de la première Etoile Noire lors de la Bataille de Yavin. Mais mon histoire commence deux années standard avant la Grande Guerre des Clones, appelée aussi la Guerre Noire. C’est à cette époque que j’ai rencontré un autre Jedi de mon âge. Cette rencontre donna lieu à une énorme amitié. Elle n’est toujours pas éteinte, et je pense que tant que la Force continuera d’exister, cette amitié se prolongera.



An 24 Avant la Bataille de Yavin :


Je venais de passer l'Épreuve des padawans pour devenir un vrai jedi. Je l'avais réussie sans difficulté et j’étais assez fier de moi.

Lorsque mon Maître m'annonça que le Conseil avait décidé que je devais passer les Épreuves pour devenir un véritable Jedi, nous étions sur une lointaine planète entre le Secteur Méridien et celui des Corporations, Telos. J'étais très enthousiaste et extrêmement content que le Conseil croie en moi, surtout au vu de ma jeunesse. Nous venions tout juste de finir notre mission. Mon maître et moi avions réglé un conflit politique local qui en était arrivé à la violence et avait dégénéré.

Je devais maintenant me rendre sur une planète située à quelques parsecs pour stopper une prise d'otages. Je demandai à mon Maître si elle pouvait venir et elle m'accompagna tout en me disant qu'elle ne pourrait pas intervenir.

J'eus plus de détail sur ma mission une fois en route. C'était un groupe de cinq personnes qui s'était attaqué à un poste de la Banque Galactique de la République et qui réclamait huit millions de crédits. Ils menaçaient de faire exploser tout le quartier des affaires s’ils ne recevaient pas l'argent dans les six heures. Les forces d'intervention de la police planétaire étaient alors intervenues et avaient évacué le quartier tout en le faisant fouiller. Elles n'avaient trouvé aucun explosif ce qui laissait comprendre que ce groupe devait certainement bluffer.

Le Conseil des Jedi avait vu là une parfaite occasion de démontrer mes talents personnels. Après trois heures de voyage, le vaisseau de transport arriva sur Ord Radama et nous déposa, mon Maître et moi, au spatioport de la ville où avait eu lieu la prise d'otages. Nous nous dirigeâmes vers le poste de la Banque. Nous fûmes tout de suite mis au courant de la situation par le capitaine des forces de polices locales. Mon Maître me fit comprendre qu'elle ne pourrait rien faire mais qu'elle avait toute confiance en moi, ce qui me rassura. La force d'intervention de la police planétaire m'indiqua un passage pour atteindre le lieu de la prise d'otages. Il fallait que je passe par les conduits d'aération. Je commençai alors à paniquer. J'avais peur d'échouer à ma mission et de faire tuer des gens innocents. La police me donna l'autorisation de tuer les malfrats si jamais ils me menaçaient ou mettaient en danger la vie des civils.

J'avançai alors lentement dans les conduits en laissant la Force affluer en moi. Je ressentais tout ce qu'il se passait dans le bâtiment. Enfin, après quelques minutes d'avancée, je me trouvais au-dessus du lieu de la prise d'otages. Tous les otages étaient assis près d'un mur à l'opposé de l'entrée. Les gangsters étaient dispersés dans la pièce et bougeaient sans arrêt. Je me concentrais. Il ne fallait pas que j'échoue. Je devais réussir, je devais devenir un Jedi. Lorsqu'un malfrat passa sous moi, je passai à l'action. Je cassai la grille sur laquelle je m'étais arrêté et je lui sautai dessus en l'assommant. Un rodien me vit et je lui lançai une onde de Force. Elle fut si puissante qu'elle le propulsa vers le mur et le choc l'assomma lui aussi. Je ne voulais pas échouer et j'avais mis toute ma puissance de la Force pour le mettre hors de combat. Il restait encore trois personnes menaçantes dans la pièce. Il y en avait deux cachées derrière des bureaux et le troisième se dirigeait vers les otages. Je ne devais pas le laisser les atteindre. Je courus et à l'aide de la Force je fus à ses côtés en quelques secondes. Il voulut prendre son blaster mais d'un rapide et puissant mouvement je paralysai son bras et le mis au sol. Je lui décochai un coup de poing qui le mit hors de combat. L'un des deux hommes pris peur et sortit de la pièce. Je pensai alors qu'il allait se faire arrêter par la police et je me concentrai sur le prochain assaillant. Le dernier. Il était à l'abri derrière un bureau et sorti sa tête pour me voir. Deux secondes après, un trait de blaster fusa dans ma direction. Je l'interceptai avec mon sabre laser en prenant bien soin de le rediriger vers le haut. Il finit sa course en calcinant le plafond, de même pour les quelques autres tirs qui suivirent. L'homme voyant que son plan n'avait aucune chance de fonctionner courut vers les otages tout en me tirant dessus et réussit à prendre une femme comme bouclier en pointant son arme sur sa tempe. La femme prise de panique se mit à pleurer. L'homme un regard empli de haine me lança :

— Hé, Jedi ! Lâche ton arme, ok ?

— D'accord je vais le faire mais seulement si toi tu lâches cette femme. Elle n'a rien à voir dans cette histoire, répondis-je calmement en désactivant ma lame et en laissant tomber l’arme.

— Oh, je vais la lâcher, déclara l'homme en poussant la femme au sol, car je n'en ai pas besoin !

Il sortit un petit objet que je reconnus sans mal. Ça ne pouvait être qu’un détonateur. Je me mis à courir avec la Force tout en l'utilisant pour éjecter le détonateur de ses mains. L'objet s'envola en direction d'un mur sans que l'homme n’ait eu le temps de comprendre pourquoi. Puis, il ne put éviter mon coup de pied magistral que je lui envoyai en plein cou. Il tomba au sol et dans l'inconscience à la fois. Je pris mon comlink pour annoncer à la police que tout était en ordre. Ils arrivèrent et sortirent les otages de là. Mon Maître s'approcha de moi. Je ressentais sa joie dans la Force. Une fois le stress évacué, je pus savourer ma réussite et me rendre compte qu'elle me permettait de devenir un vrai Jedi. Nous rentrâmes à Coruscant prendre un peu de repos. Puis, le conseil m'annonça que mon épreuve avait été parfaitement réussie et que j'étais devenu un Jedi. S’en suivi le rituel du Conseil, pendant lequel, ma tresse, symbole de padawan, fut coupée. La signification de ce geste était très claire. Je regardais les Maîtres Jedi présents. Ils étaient heureux qu’un nouvel apprenti soit devenu un véritable Chevalier. Mon regard s’arrêta alors sur la tresse. Mon ancienne mèche de cheveux traînait là, sur le sol. Et en la voyant, je repensais à tout ce que j’avais vécu pour en arriver là. Ma vie allait connaître un nouveau chemin.


Le Conseil des Jedi me convoqua peu de temps après. Je me rendis donc dans la salle du conseil, où les Maîtres m’expliquèrent ma mission. Ils me parlaient comme ils parlaient à un vrai Chevalier Jedi et en comprenant que c’est ce que j’étais devenu, je pris peur. Le doute commença à s’insinuer dans mon esprit. Maître Yoda le repéra immédiatement et me demanda de révéler la nature de ma frayeur. Après avoir expliqué ce que je ressentais, il m’indiqua que j’étais comme tous les anciens padawan avant leur première mission. Je n’avais pas encore réalisé que ma mission se ferait sans mon Maître et lorsque je l’avais compris, j’avais pris peur. Être seul après de nombreuses années passées au côté de quelqu’un pouvait se révéler difficile. Mais Maître Windu m’expliqua que c’était normal et que je devais focaliser mon attention sur ma prochaine mission. Il indiquait par cette phrase que je devais aussi quitter la salle, ce que je fis. J’allai rejoindre mon ancien Maître. Je devais la voir, j’avais besoin de sa présence.

J’avais espéré pouvoir rester quelque temps au Temple en compagnie de mon Maître, Ildara Mayaserana, après mon épreuve. Mais la mission que le Conseil m’avait confiée était de première importance. Je devais retrouver un meurtrier qui avait commis de nombreuses autres atrocités en plus de meurtres et assassinats. Il fallait que je le prenne vivant pour qu’il puisse être jugé de tous les crimes qu’il avait commis. Cela allait me prendre plusieurs mois pour retrouver sa trace et je devais dire au revoir à celle que je considérais plus comme une grande sœur que comme un maître. Nous avions vécu tant de chose ensemble. Des missions folles, que l'on aurait parfois crues impossibles, des situations étranges, d’autres étonnantes et parfois quelques moments émouvants. Je la cherchai dans le Temple puis la trouvai au détour d’un des immenses couloirs. Elle me vit et l’on se rejoignit. Elle me demanda ce qui s’était passé dans la salle du conseil et je lui révélai tout. La nature de ma mission mais aussi mes peurs. Elle m’expliqua alors qu’elle avait toute confiance en moi et que je ne devais pas l’oublier. Elle m’avait vu grandir et évoluer et elle savait de quoi j’étais capable. Elle m'expliqua que les Maîtres Jedi du Conseil n'auraient pas permis à quelqu'un d'aussi jeune de devenir un véritable Chevalier Jedi s'ils ne croyaient pas en moi. Il était vrai que du haut de mes dix-neuf ans j'étais l'un des plus jeunes padawan à devenir Jedi.



page précédente        page suivante

Commentaires sur HdlF :

Pas encore inscrit ?