Une nouvelle heure s’écoula avant que le tirage au sort ne débute. Les joueurs qualifiés étaient tous sous tension et craignaient d’affronter les trois grands favoris du tournoi, Nandol Clarrision de Rhen Var, la belle Loreena Nitek de Commenor et l’expérimenté Twi’Lek, Kryza Ijogl.

L’ordinateur afficha tout à coup les résultats des tirages et tous connurent leurs prochains concurrents. Par chance, je ne tombai pas du coté de Nandol. Par contre, lui fut un peu déçu, car alors qu’il était tombé sous le charme de la ravissante Loreena, il n’était pas de son coté et pour espérer l’affronter, il faudrait qu’elle me batte en demi-finale. Si j’arrivais jusque là. Pour moi, ce n’était pas sûr. Et alors si Nandol parvenait en finale, il aurait très certainement la commenorienne comme adversaire. Car de notre coté, il n’y avait pas vraiment d’adversaire coriace pour quelqu’un de son niveau. D’ailleurs, Loreena fut satisfaite de ce tirage. Quant à moi, bien sur, je redoutai de l’affronter à nouveau. Elle m’avait battu une fois et pouvait donc très facilement recommencer. Il allait falloir que je corse mon jeu.

Après encore une demi-heure de mise en place dans un grand brouhaha alors que tout le monde se précipitait vers leurs places respectives, les huitièmes de finale débutèrent enfin. Il était deux heures et demie du matin.

Mon nouveau rival était une bothan. Son poil était très clair et impeccablement brossé. Elle avait l’air très sûre d’elle et me regardait d’un air hautain. C’était une bothan dans toute leur splendeur. Ils aimaient prendre les gens de haut et se sentir supérieur.

— Tu n’es pas trop jeune pour jouer à ce jeu, gamin ? me lança-t-elle.

— Je ne crois pas, répondis-je.

— Ne devrais-tu pas être déjà couché ? Il se fait tard. Tes parents vont s’inquiéter.

Je souris intérieurement à cette remarque. Si seulement elle savait qui j’étais réellement.

— Ne t’inquiète pas. Je vais t’envoyer les retrouver rapidement, continua la Bothan en faisant ondulé ses poils.

Les cartes furent alors distribuées et le jeu commença. Après deux parties, je dus me rendre à l’évidence, elle était douée. La première partie, je l’avais gagné parce qu’elle avait fait ondulé ses poils au mauvais moment et cela m’avait donné une indication sur son jeu. La seconde, malgré le fait que je sente dans la Force sa joie, je ne pus contrer son jeu. Car bien que je me fusse juré de ne pas me servir de mes pouvoirs, il m’était difficile de totalement me couper de la Force et certains sentiments forts m’apparaissaient clairement.

Le but était de gagner 2 parties de suite lorsque l’on était à égalité parfaite avec son vis à vis. Il fallait donc avoir 2 parties de plus que son adversaire pour remporter la victoire. Cela pouvait être un 2 à 0, ou encore un 10 à 8. Tout dépendait de la qualité des cartes que les joueurs recevaient. Dans un jeu classique, pour les amateurs, une partie pouvait très bien se dérouler en une manche, on gagnait ou on perdait. On pouvait aussi utiliser le traditionnel première manche, revanche, et belle si nécessaire. Ce qui était utilisé le plus souvent dans les parties à enjeu. Mais dans les tournois à grande échelle, pour prouver sa supériorité, il fallait remporter 2 manches consécutivement à partir d’une égalité parfaite pour gagner et passer au tour suivant.

À un partout, rien n’était joué. Après encore un bon temps de jeu, nous nous retrouvâmes à deux partout. Les trois favoris s’étaient déjà qualifiés, mais d’autres parties étaient tout aussi serrées que celle à laquelle je participais. De plus, la bothan s’était reprise, et plus une fois son pelage ne l’avait trahi. Cela devait lui demander une intense concentration pour ne pas laisser filtrer ses émotions par les ondulations de sa fourrure, chose naturelle chez les bothans.

— Tu es plus doué que je ne le pensais, lâcha-t-elle alors que je gagnais mon troisième point.

— Merci, rétorquai-je.

Il me fallait encore gagner une fois, et je passai au tour suivant. Par chance, je sus tout de suite qu’elle avait un très bon jeu car je ressentis son soulagement dans la Force. Je pris donc tous les risques possibles pour remonter le niveau de ma main. Il fallait atteindre une valeur de 23, que ce soit en positif ou en négatif, pour être sûr de gagner, ou alors au moins se rapprocher de cette valeur. Celui qui en était le plus proche à la fin du jeu gagnait un point. J’étais à moins 4 seulement… Mon jeu était vraiment loin de rivaliser avec un bon jeu, et ma main contenait entre autre l’Idiot et la Reine de l’Air qui ne rapportaient quasiment rien.

Cela allait s’annoncer très dur. Mais lors d’un échange de carte, je parvins à avoir l’Étoile ! Cela me remontait largement. Et au final, je pus gagner cette sixième manche à 21 contre 20. La bothan n’en revint pas, elle qui avait eu une superbe main d’entrée. Elle devait se demander comme un si jeune humain comme moi avait pu la battre.

Il faut dire que je n’en revenais pas moi-même. Nandol fut très content de ma victoire, ainsi que Loreena qui était elle aussi venu observer la fin de ma partie.

Mon match suivant, le quart de finale, dura très longtemps. Il fut le dernier à se terminer. L’Arkanien qui me faisait face était tellement fermé qu’il était impossible de deviner ses sentiments et cela lui servait remarquablement bien. Je dus à plusieurs reprises me réprimander intérieurement pour ne pas être tenté d’utiliser la Force. Les trois qualifiés pour les quarts de finale étaient venu voir le match en cours. Sans surprise, il s’agissait de Nandol, Loreena et Kryza Ijogl. Le match s’éternisa et les parties se multiplièrent. Je parvins à enfin prendre l’avantage. Il me fallait maintenant concrétiser. J’avais été constamment dominé et aurai pu perdre à maintes reprises. C’était la première fois que je menais. Il fallait que je remporte dès maintenant cette manche. Il était possible que ce soit là ma seule chance. Je priai pour avoir une bonne main, et je ne sais pas si la Force joua mais j’eus une main parfaite. 23 points positifs, avec notamment la Maîtresse qui me rapportait à elle seule 13 points. Et bien que le vieil Arkanien ait dans son jeu l’As, le total de ses cartes n’était que de 21.

Nandol laissa exploser sa joie et je fus infiniment soulagé. Mon match avait été regardé par énormément de monde, et depuis que j’avais réussi à défaire la bothan, beaucoup étaient pour moi et m’avaient encouragé. Cela m’avait fait très plaisir. Mais dorénavant, ils n’avaient d’yeux que pour Loreena. Je ne pouvais les blâmer, elle était vraiment très belle avec son corps très sexy tout en assurance et sa prestance était impressionnante. De plus, même si j’avais réussi à franchir les paliers un à un, personne n’osait imaginer que je remporte mon match contre elle, après ma vive défaite au tour des poules.

— Et toi, tu n’es pas trop inquiet ? demandai-je à Nandol alors que l’on parlait de nos futurs adversaires. Kryza Ijogl a l’air très sûr de lui et très fort.

— Oh, oui, ça c’est sûr, il est doué. Mais pas autant que moi.

— Vraiment ? souriai-je.

— Et ouais. Ne t’inquiète pas, je vais le battre à plate couture.

Et c’est ce qu’il fit. Bien que son match fut l’un de ses plus serrés de la nuit, il parvint à défaire son adversaire.

Quant à moi, je ne pus pas faire grand-chose. Je fus largement dominé et même si je parvins à gagner deux points, on aurait presque dit que Loreena me les céda. C’était frustrant. Au final, je perdis 5 à 3. La très ravissante rousse était trop forte pour moi. J’aurais encore un an avant notre possible prochaine rencontre pour m’entrainer et espérer la battre de nouveau.

Nandol fut très déçu bien entendu, puisque nous ne pouvions pas réaliser notre projet de disputer une vraie partie en finale d’un tournoi. Mais il compensait ce petit désagrément par le fait qu’il était en face d’une femme vraiment charmante. Je ne sais pas s’il fut déstabilisé par la présence de Loreena, qu’il n’arrêtait pas de regarder en rougissant, ou s’il la laissa gagner par galanterie comme il n’arrêta pas de me le raconter par la suite, mais il perdit dans un match tout de même assez grandiose.

Loreena Nitek remporta ainsi les 15 000 crédits du vainqueur, Nandol empôcha quant à lui 10 000 crédits. Kryza Ijogl et moi gagnâmes 6 000 crédits pour être arrivés en demi-finale. Mais je dus rembourser Nandol qui m’avait payé l’inscription au TANRV, ce qui m’enleva 2 000 crédits. J’étais quand même détenteur d’un bon petit pactole qui vint rejoindre l’argent gagné jusque là par des parties de sabacc amateur, sur mon tout nouveau compte en banque, qui datait de moins de deux mois.

C’était la fin de la nuit, mais les organisateurs du tournoi avait prévu un pot spécial pour les 4 derniers concurrents dans une très belle pièce de l’hôtel spécialement réservée pour cette occasion. Ainsi, cela nous permit de faire plus amples connaissances avec Loreena et Kryza Ijogl tout en reprenant des forces après cette nuit intense en émotions. Il s’avéra que le Twi’Lek n’était pas très loquace. Je ne sais pas si c’était parce qu’il s’était fait battre par un jeune homme très prolixe et vaniteux ou si c’était dans sa nature. Nandol quant à lui n’arrêtait pas de baratiner Loreena en espérant trouver grâce à ses yeux. Mais la femme fut étrangement plus intéressée par moi. Elle n’arrêtait pas de me poser des questions, c’était très étrange et j’avais peur qu’elle découvre la vérité, je ne sais comment. Lorsqu’elle comprit que j’avais repéré son manège, elle arrêta de me harceler et se révéla charmante. Elle consentit même à parler à Nandol. On se promit de se retrouver l’année prochaine et on se dit tous au revoir.

Toutefois, lorsque je rentrai vers le Temple, je fis attention et regardai derrière moi tous mes sens en éveil, de peur d’être suivi. Je ne repérai rien d’anormal et pu continuer à avancer entre les collines dans le froid que la présence des premiers rayons solaires ne parvenait pas à réchauffer.

Le matin se levait déjà lorsque je pénétrai dans le Temple Jedi. Avant d’arriver aux chambres, je croisai Loïc à qui j’expliquai brièvement ma nuit. Je fus soulagé d’apprendre qu’il en avait fini avec ses méditations. On aurait peut-être des activités un peu plus intéressantes à faire dorénavant notamment la visite plus poussée des ruines, que Torn Adalsa nous avait demandé de surveiller. Par contre, mon ami n’avait pas l’air d’avoir trouvé de réponse à ses interrogations. Je ne pus m’étendre sur le sujet car le sommeil s’empara de moi sitôt couché.





page précédente        page suivante

Commentaires sur HdlF :

Pas encore inscrit ?