Au bout de sept heures d’investigations, nous ne trouvâmes rien du tout de louche ou d’inquiétant. Tout paraissait calme. Nous commencions à rentrer au centre de commande quand le soleil disparut complètement de l’horizon. Les journées sur Vortex ne durait que dix huit heures standard.

— Rien à signaler, patron, fit sur un ton ironique Alex à Dam’Nei.

— Parfait, ça a l’air parfait.

— Où est-ce qu’on dort ?

Le Bothan perdit son petit sourire en regardant Alex.

— On ne dort pas maintenant, on bosse !

— Dis-moi Dam’Nei, l’interpellais-je, pourquoi c’est toi qui commande ? Je veux dire, un jedi plus expérimenté, plus vieux, ça n’aurait pas été mieux ?

— Vous n’avez pas l’air très au courant de l’actualité... j’imagine que c’est normal après deux ans dans un coin perdu... Je crois que l’on vit une petite crise de la République.

— Comment ça, s’étonna Alex.

— Il y a des séparatistes, il semblerait. Des mondes qui voudraient quitter la république.

— C’est complètement idiot, fis-je.

— Idiot, peut-être, ou pas. En tout cas, c’est un vieil ami à toi qui a lancé tout ça... le Comte Dooku.

— Dooku ?

Je ne fus qu’étonnamment surpris d’entendre ce nom.

— Que s’est-il passé ? demanda pour moi Alex.

Si nous avions été un temps soit peu informé sur Rhen Var à l’aide de l’Holonet, nous n’étions pas au courant que la situation semblait si tendue. Nous voulions des détails.

— Je n’ai pas de temps à perdre..., commença le bothan.

— Je vous en parlerai.

Un nouveau venu venait de prendre la parole. Il était encore plus jeune que nous. Je me souvenais l’avoir déjà croisé quelques fois au Temple. Avec ses cheveux blancs et son visage de gentil garçon, il ne passait pas inaperçu.

Il s’approcha de nous pour prendre part à la conversation. Je remarquais à présent qu’il était légèrement plus petit que moi.

— Pour résumer, fit-il tandis que Dam’Nei retournait à ses occupations, Dooku a quitté l’Ordre Jedi il y a une dizaine d’année, suite à la mort d’un de ses anciens padawans. Après ça, il n’a plus fait parler de lui jusqu’à récemment. Il est à l’origine de ce nouveau courant politique. Plusieurs centaines de mondes commencent à fortement protester contre la République. De très nombreux jedi sont aux quatre coins de la galaxie pour négocier avec ces mondes là. C’est pour ça que nous sommes des jeunes sur cette mission.

— Je vois, fis-je en baissant légèrement la tête.

— Une douzaine de jeunes Jedi pour remplacer deux Jedi expérimentés..., conclut Alex.

— C’est à peu près ça.

— Cal ? On y va ?

— J’arrive Pix, fit le jeune homme aux cheveux blancs.

Pix était une très jeune Jedi, de l’âge de Cal en fait. Ils avaient l’air très liés. Elle était plutôt jolie, du moins pour ceux qui aimaient son style. De toute façon cela importait peu, nous étions tous censés ne jamais avoir de relation de type amoureuse.

— Raziel, Solaris, vous allez avec eux, ils vont à la Cathédrale pour inspection, signala Dam’Nei.

— Je croyais que nous devions aller au spatioport, rétorqua Alex.

— Plus tard ! Fais ce que je te dis.

— Ouais, ouais... fit Alex en haussant légèrement les épaules.

Je suivis Alex qui ouvrait la marche aux côtés de Cal et Pix. Ils commençaient à discuter, notamment de Rhen Var qu’Alex détaillait comme un monde particulièrement horrible, alors que pour ma part j’étais perdu dans mes pensés jusqu’à ce qu’on arrive à la Cathédrale des Vents. J’avais du mal à imaginer Dooku comme séparatiste, lui qui avait été mon mentor. Je me disais aussi que je pourrais peut-être plus facilement le retrouver dorénavant. Après tout, je voulais encore lui demander pourquoi il m’avait subitement abandonné, alors que je devais devenir son élève.

— Pix et moi on va inspecter tout le côté Ouest, nous vous laissons l’autre moitié, proposa Cal alors que nous descendions du speeder.

— Holà, mais c’est beaucoup plus grand que ce que j’imaginais, fis-je surpris alors que je me retrouvais enfin devant l’énorme édifice.

— C’est ce que je disais il y a deux minutes, mais tu n’écoutais pas visiblement, me dit Alex les bras croisé, l’air faussement en colère.

— Désolé.

— Allons-y, j’aimerais ne pas rentrer trop tard, les nuits sont plutôt fraiches par ici, dit Pix en avançant la première vers l’entrée de la Cathédrale.

— Retrouvons nous ici dans deux heures, nous indiqua Cal avant de la suivre.

— Evite de penser à Dooku. Je sais que t’aimerais le rencontrer, mais on a autre chose à faire pour le moment.

— Je sais, Alex, répliquai-je, pas surpris qu’il ait deviné ma source d’inquiétude. Allons-y.

Pour les visiteurs ne possédant aucun plan de l’édifice, l’endroit ressemblait à un labyrinthe très compliqué. De nombreux corridor parcouraient le bâtiment. Ces corridors laissaient entrer les vents des tempêtes, pour les faire passer là où les vors voulaient afin de produire des sons uniques et mélodieux. Les parois devaient être faites de façon à résonner avec le vent.

Alex et moi nous baladions en tentant d’établir un itinéraire simple pour ne rien rater. Chose complètement inutile tellement ces corridors étaient gigantesques et trop entremêlés pour essayer de s’y retrouver. Nous étions parfois obligés de rebrousser chemin afin de parcourir un autre couloir adjacent ou parallèle. C’était une inspection bien déconcertante.

Déconcertante mais néanmoins légèrement intéressante. En effet, nous avions pu remarquer plusieurs vors travailler. En fait, ils se préparaient, une sorte de répétition, avec les vents faibles, des vents d’ailleurs plutôt glacials lorsqu’ils nous parvenaient.

— C’est marrant comment ils s’accrochent aux murs et entre eux pour bloquer les vents ou les laisser passer, fit Alex.

— Ouais, ce ne sont pas des humains qui pourraient faire ça. On ne vaut vraiment rien nous, fis-je en plaisantant.

— Un peu de sérieux, on est des Jedi, on vaut quelque chose quand même !

— D’ailleurs, tu ne sens pas de danger ?

— Non, et toi ?

— Ben non.

— Alors pas de problème.

Malheureusement, à peine nous venions de parcourir quelques mètres de plus que nous entendîmes une explosion, pas trop loin. Nous sentîmes même la déflagration sous nos pieds. L’explosion fut aussi violente que subite. Derrière nous, des vors commençaient à arriver sans doute pour aller voir la cause de cet accident. Nous ne les attendîmes pas pour courir et arriver le plus vite possible.

Il nous fallut à peu près deux minutes pour arriver sur les lieux de l’explosion. Ce que nous vîmes ne fut pas plaisant du tout. Six vors jonchaient le sol, leurs corps carbonisés étaient en miettes. Aucun vors ne pouvaient survivre à ce genre d’explosion, vu leur fragilité. Les parois du corridor où nous étions étaient légèrement abimées. Pas de quoi faire s’écrouler le bâtiment, mais assez pour empêcher l’utilisation de ce couloir lors de la cérémonie du lendemain.

Après avoir rapidement contacté Cal, afin qu’il soit plus vigilant, et prévenu Dam’Nei de l’incident, nous voulûmes aider les vors à porter le corps des leurs, mais ils ne voulurent pas de notre aide, et nous firent comprendre que nous devions continuer à fouiller la Cathédrale pour éviter une autre explosion.

— C’est impossible que nous n’ayons rien senti, fis-je à Alex d’un ton bien énervé.

— Je vais rester là, pour tenter de trouver des indices, quelque chose. Je te laisse te charger de l’inspection.

— Pas de problème. T’as intérêt à trouver quelque chose !

— Pas de souci, me dit-il avant que je commence à repartir.

Alors que je continuais ma route, je réfléchissais à un moyen de contrôler d’une meilleure façon la Cathédrale. Finalement, j’en vins à repenser à mes séances de méditation sur Rhen Var : ressentir tout ce qui se passe à l’intérieur de la Cathédrale des Vents allait très certainement me permettre de capter un problème suffisamment à l’avance pour s’en occuper.

Je me mis à courir rapidement vers le cœur de l’édifice, une énorme salle presque vide, mais richement décorée. Je m’y asseyais en tailleur, fermai les yeux, et commençai à me concentrer. Je fis d’abord baisser mon rythme cardiaque qui était devenu légèrement fou après avoir couru. Ma respiration se fit plus lente elle aussi. Mon esprit se vida. Je n’avais plus aucun sentiment, aucun jugement. Je commençais juste à ressentir les choses autour de moi : de légers courants d’air, des voix très lointaine de vors sonnant comme des échos...

Je commençai enfin à agrandir mon champ de perception. Je « longeai » les murs, les corridors. Je trouvai l’endroit d’où provenaient les voix, je retrouvai Cal et Pix qui continuaient les recherches trois étages plus haut. J’entrevis Alex qui s’affairait à rassembler divers indices suite à l’explosion. Et quelques couloirs plus loin, je ressentais la présence d’un nouveau groupe de vors. Je sentis un danger.

Alors que je commençai à me focaliser seulement sur cet endroit, je ressentis un mouvement. Ce n’était pas vivant, et c’était certainement pour cela que nous n’avions rien perçu la première fois. Cette chose s’avançait lentement vers le groupe de vors.

Sans perdre une seconde de plus, je sortis de ma méditation, légèrement en sueur, et me remis à courir. Je me servais de la Force pour me guider à nouveau à travers ces corridors. Même si je percevais beaucoup moins la présence de cette chose qui me faisait ressentir un danger, j’arrivai à percevoir si le danger était imminent ou non.

Plus je me rapprochais, plus je me disais que je n’arriverais pas à temps. Je tentai d’accélérer mon allure grâce à la Force. Mes muscles des jambes commençaient à subir une pression légèrement supérieure à la normale. Mais je pus traverser le corridor à toute vitesse, et j’arrivai enfin tout prêt.

Au prochain croisement, juste sur la droite, un groupe de vors se tenait là, ils devaient être cinq ou six, et à quelques mètres d’eux, il y avait ce danger. Sans perdre un instant, je glissai sur le sol, afin de réduire mon allure et dès que je fus en face du corridor perpendiculaire au mien, j’utilisai la Force pour projeter la chose non-vivante au loin.

J’eu le temps de remarquer qu’il s’agissait de quelque chose de bipède, avec des bras. Cela m’étonnait que je ressente ça comme non-vivant. C’était plutôt impossible que ce soit un zombi. Quoiqu’il en soit, je venais de sauver les vors, car deux secondes après s’être fait projeter, la chose explosa, et fit trembler légèrement l’endroit.

Alors que les vors se tournaient vers moi, comme pour me remercier, je sentis un nouveau danger immédiat. En réalité, il y en avait deux, des bipèdes suicidaires. Ma perception n’avait pas été assez fine pour les distinguer séparément. A mon grand étonnement, alors que je n’aurais pas eu le temps de me protéger d’une explosion, ce deuxième suicidaire fit demi-tour, et sembla courir comme pour s’enfuir.

Je me mis à sa poursuite. En temps normal, j’aurais rattrapé tout fuyard à pied assez vite. Mais cette fois, parce que j’avais légèrement trop forcé précédemment, ma vitesse était réduite. Mes muscles des jambes me faisaient mal. Mais la bonne nouvelle c’est que je ne perdais quand même pas de terrain. Peu à peu je rattrapais ce fuyard. J’espérais juste que la poursuite n’allait pas durer trop longtemps.

Traversant plusieurs croisements et corridors, nous sortîmes finalement de la Cathédrale. La nuit ne m’aida pas à distinguer clairement l’agresseur des vors, mais je pris sur moi de foncer sans me poser plus de question. A environ une centaine de mètres de la Cathédrale, je plongeais pour plaquer la chose que je poursuivais. Mes mains agrippèrent une surface froide, et le choc en tombant me fit confirmer que je venais d’attraper un droide. Je me mis rapidement à genoux pour tourner le droide face à moi, quand par reflexe je fis un grand bond en arrière. Le droide explosa, et le souffle me fit voler loin derrière. Cela me permit d’échapper aux flammes qui disparurent rapidement, ne laissant sur place que quelques morceaux de débris.

J’atterris sur mes deux jambes sans trop de problèmes, et tandis que je sentais la présence de trois jedi qui accouraient vers moi, je me rapprochais des morceaux de métal fumant, reste d’un droide suicidaire…



page précédente        page suivante

Commentaires sur HdlF :

Pas encore inscrit ?

Loïc Solaris   le   03/12/2011

Connectez-vous pour poster un commentaire ^^