Chapitre 4


Nous n'avions plus qu'une seule solution. Une solution à laquelle je ne souhaitais pas recourir. Il nous fallait encore nous battre. Mais alors que nous tendions dans le même temps nos mains vers nos sabres laser respectifs, l'homme aux cheveux hirsutes reprit la parole, devançant notre action :

— Je serais vous, je ne ferai pas ça, nous dit-il comme pour nous prévenir.

— Ah oui ? Et pourquoi cela, répondis-je, en sentant la tension monter dans le couloir.

— N'oubliez pas que je détiens quelqu'un que vous recherchez et que si je ne fais pas mon rapport par ce comlink, elle sera exécutée, nous répondit-il, sa confiance resplendissant dans son sourire, tout en nous montrant le petit comlink qu'il tenait à la main.

— Bien, alors tuez-nous, fis Loïc.

— Oh ! Non ! Tout de suite les situations dramatiques. Non je ne veux pas vous tuer, pas encore. Je désire une simple chose. Qu'une requête soit portée à l'intention du Conseil des Jedi.

— Et quelle est cette requête, demandai-je en sentant l'aura très faible de mon maître quelques étages plus bas.

Une folle envie de courir la rejoindre me vint à l’esprit mais je pus me contrôler à l'aide de la Force. Cet homme plein d'assurance m'énervait, il devait avoir plus de quarante ans et devait être habitué à ce genre de situation. Ses cheveux d'un vert fluorescent redressés en pointes sur sa tête lui donnaient un air plus jeune mais on pouvait lire sur les traits de son visage tout ce qu'il avait vécu. Je scrutai son esprit et je sentis que Loïc faisait de même. C'était comme je m'en doutais un esprit assez habile, bien que faible. On aurait dit qu’il avait étudié récemment pour devenir plus important et renforcer son moral ainsi que sa volonté. Après quelques secondes il répondit enfin :

— Je souhaite procéder à un échange. Deux Jedi contre un ami à moi, que l'on retient prisonnier contre sa volonté.

— Il est en prison ? demandai-je.

— Naturellement. Il est enfermé sur je ne sais plus quelle planète.

Je sentais qu'il mentait. Il savait parfaitement sur quelle planète était retenu son ami mais il ne voulait pas nous mâcher le travail. Loïc revint sur un point étrange qui avait été annoncé.

— Vous avez parlé de deux jedi, mais il me semble que vous n'en retenez qu'un seul.

C'était plus une affirmation qu'une question.

— Mais qui a dit que je vous laisserai repartir tous les deux. Non, un de vous restera ici pendant que l'autre retournera au Temple annoncer ce que je demande. Ce qui me fera 2 jedi à offrir.

— Bien, j'irai, fis-je en m'avançant. Tous les blasters se pointèrent sur moi, mais le chef fit un geste de la main et les armes se firent moins menaçantes.

Loïc s'avança lui aussi et me demanda pourquoi ce n'était pas à lui d'y aller. Je lui répondis que j'étais un vrai Jedi et que lui, pas encore. Il sembla accepter la situation. Peut-être avait-il peur d'affronter le Conseil pour leur annoncer son échec, néanmoins il n'insista pas plus, ce qui me surprit un peu.

L'homme aux cheveux verts me remis une petite datacarte qui contenait toutes les informations que je devais remettre aux maîtres jedi. Pendant ce temps, Loïc Solaris fut désarmé et emmené dans un autre couloir sombre. Je sentais son calme dans la Force. Il n'avait pas l'air de s'en faire. Je le trouvais bien confiant. On me laissa sortir sans plus de problèmes.


Je traversai les ruelles obscures du Corridor Ecarlate à la recherche de mon speeder. J'espérai qu'il n'avait pas était réduit en pièce sinon il me faudrait plusieurs jours pour rejoindre le Temple Jedi et je n'avais pas autant de temps. Mon esprit sondait encore l'endroit que j'avais quitté depuis maintenant plusieurs heures et je sentais que Loïc s'affaiblissait. On devait le droguer. Je devais faire vite. Je me repérais mal dans ce dédale de petites ruelles et mon attention était portée ailleurs, ce qui n'aidait pas ma recherche. Après encore presque une heure de recherches, je reconnus l'endroit où j'avais été attaqué. Plus personne ne faisait attention à moi depuis que j'avais quitté le bâtiment de l'homme aux cheveux verts, comme si les malfrats s'étaient transmis l'ordre de me laisser tranquille. Mais je sentais qu’un ou deux gangsters avaient pour mission de me suivre pour savoir si je faisais ce qu’ils m’avaient demandé.

Enfin, au détour d'une des plus grandes avenues, j'arrivai dans la ruelle où j'avais garé mon véhicule. Il avait l'air intact. J'entrai le code d'ouverture de la portière sur mon mini databloc puis la portière coulissa vers le haut, tenue seulement par le toit. Je me glissai dedans et la portière se referma derrière moi. Ce speeder n'était pas conçu pour le confort ou l'espace intérieur mais pour la rapidité. Il était très sportif et décolla sans mal.

Je quittai le Corridor Ecarlate à une vitesse folle. Je prenais les couloirs de circulation d'urgence bien plus rapidement que les autres speeders qui se traînaient dans les grands axes de circulation où la présence de speeders et autres véhicules se faisaient très dense. Je voyais les minutes défiler sans rien pouvoir faire. Je fus prévenu à plusieurs reprises de ralentir, mais je leur transmis mon code d'urgence Jedi et les Forces de Sécurité se calmèrent. Enfin, je vis le Temple Jedi.

Une fois à l'intérieur, je courus. Tous les Jedi me regardaient passer en se demandant quel message urgent j'avais à transmettre. Arrivé près de la salle du Grand Conseil, je demandai une audience à Maître Plo Koon. Il était seul près des ascenseurs et m'apprit que les autres maîtres s'occupaient des Apprentis. Je lui fis part de ce qu'il s'était passé dans le Corridor Ecarlate et la requête que demandait l'homme aux cheveux verts.

Le Grand Conseil fut réuni d'urgence et je pus enfin leur parler.

— Maîtres, vous êtes tous au courant de la mission de Loïc Solaris dans le Corridor Ecarlate.

— Oui, bien sûr, nous le sommes, fit Yoda.

— Et bien, il allait rechercher mon ancien Maître et bien qu'il me fût interdit de le rejoindre pour l'aider, c’est ce que je fis. Je le trouvais inconscient, il avait du être abattu alors qu'il volait en speeder au-dessus du Corridor. Je voulus le soigner mais nous fûmes attaqués. Après avoir fuis, nous sommes revenus le lendemain. Je sentais l'aura de mon maître, Ildara Mayaserana, je savais où elle était détenue. Je voulus joindre ma force à celle de Loïc Solaris pour l’aider dans sa mission, même si cela était contraire à la règle. Mais nous tombâmes dans une embuscade. Et un homme aux cheveux verts garde Loïc captif en plus d’Ildara et me demande de vous transmettre une requête ou bien il les tuera tous les deux. Toutes les informations sont dans cette datacarte. Il veut que nous libérions un des ces amis, surement un bandit lui aussi.

Après avoir jeté un coup d’œil aux informations de la datacarte, Maître Yoda déclara :

— Oui, de quoi il s'agit, je vois.

Maître Windu m'expliqua alors :

— Un jedi a arrêté, il y a de cela quelques mois, le chef de l'organisation qui se fait appeler le Ciel Écarlate. L'homme aux cheveux verts dont tu as parlé était sans aucun doute son second. Il a pris les choses en main et désire libérer son ami, le véritable chef du groupuscule, Ryu Kitana. Nous ne savons pas ce que manigance cette organisation mais nous nous doutons que c'est un gros coup. Ils ont déjà commis des attentats revendiqués. Ce sont des racistes particuliers. Ils sont contre les formes de vie non humanoïdes. Nous avons donc envoyé Ildara pour qu'elle s'infiltre dans leurs rangs et pour qu’elle en apprenne davantage. Elle a certainement dû être démasquée.

— Oui, les évènements ont pu se dérouler ainsi, fis alors Ki-Adi-Mundi. Puis, ils ont attendu qu'un autre Jedi vienne la secourir pour nous le renvoyer faire cette requête. Néanmoins, Alex, il faut que tu saches que les Jedi ne négocient en aucun cas avec les terroristes et les preneurs d'otages. Nous ne pouvons rien faire. Ryu Kitana a été arrêté et inculpé à cause de très nombreuses charges. Nous ne pouvons pas le libérer. C'est un homme trop dangereux.

— Mais nous ne pouvons pas laisser Ildara et Loïc entre leurs mains.

— Non, en effet, expliqua Mace Windu, c'est pourquoi nous allons te renvoyer les libérer. Tu seras accompagné d'une Padawan pour qui ce sera l'Epreuve à elle aussi. Nous ne pouvons pas prévenir la Police car si elle intervient, tous les habitants du Corridor Ecarlate vont s'énerver. Ce sont tous des malfrats qui n'attendent que ça, un conflit ouvert. Ils empêcheront la Police d'intervenir à temps. Seul la padawan et toi, en s'infiltrant comme tu l'as fait avec Loïc, pouvez réussir. Quand vous reviendrez tous ensemble, Loïc Solaris et Aya Tirina auront réussi leur Épreuve et seront de vrais Jedi. Tu peux aller te reposer et méditer dans ta chambre en attendant la convocation d'Aya.

Ce "quand" avait trop l'air d'un "si" pour moi mais je ne leur en fis pas part. Ils devaient de toute façon ressentir mon trouble et mon doute. Il me fallait un plan pour réussir et un bon plan.

En traversant les couloirs pour rejoindre ma chambre, un plan se mis en place dans ma tête. Un plan assez simple mais pour qu'il réussisse, il fallait que je contacte Loïc. Une fois dans ma chambre, je me mis au sol assis en tailleur et je commençai à ma concentrer pour trouver mon ami. Je réussis sans trop de mal, et lui transmis un peu de ma Force tout en lui annonçant qu’il devait faire en sorte d’être en forme car j’allais bientôt arriver pour le sauver mais qu’il fallait qu’il soit prêt à se déplacer. Je fis la même chose avec Ildara. Mais elle avait l’air tellement dans les vapes que je ne parvins pas à savoir si elle avait tout saisi.

Une fois mes instructions transmises par la pensée à Loïc et Ildara, je m'endormis, exténué. Lorsque je fus réveillé, je sus que je n'avais pas dû dormir longtemps.

J'étais de nouveau convoqué devant le Conseil Jedi.



page précédente        page suivante

Commentaires sur HdlF :

Pas encore inscrit ?