SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

La marche reprit. Ils avaient rejoint le chemin sans rencontrer d’obstacle. Mais après plusieurs dizaines de minutes de marches intensives, une créature énorme coupa le sentier, allant d’une partie de la forêt à l’autre.

— Qu’est-ce que c’était que ça ? Un dinosaure ?

En effet, la créature qui était passée sans s’arrêter était très colossale.

Mais SG-20 n’avait pas eu le temps de voir les détails, la bête était allée trop vite. Ils continuèrent, plus prudents que jamais. Arrivés à la clairière où été entreposée la Porte, les Français s’aperçurent qu’ils avaient un problème. En effet, une énorme créature dégustait un imposant repas. L’espèce de dinosaure avalait des bouts entiers de viandes qu’il retirait sans mal du flanc ouvert d’une espèce inconnue des pauvres terriens qui assistaient bien malgré eux à cet horrible spectacle. La bête ressemblait en fait à un croisement entre un tricératops et un éléphant. C’était étonnant. De plus, sa tête, et surtout sa mâchoire, était des plus agressive. En effet, alors que le tricératops et l’éléphant étaient tous deux herbivores, cette créature était nettement carnivore, comme les cinq militaires avaient pu le constater. Sa gueule était un amas de chair incrusté de joyaux blancs sanglants, ses monstrueuses dents.

Tout à coup, alors que l’équipe d’exploration était restée paralysée devant ce sinistre spectacle, le dinosaure fit un mouvement. Sa tête se redressa des restes de son repas et posa le regard droit sur SG-20.

Alors que le major et ses hommes mirent en joue la créature, celle-ci balaya le sol à plusieurs reprises à l’aide de sa patte avant-droite, se préparant clairement à l’attaque. La terre à ses pieds fut balayée alors que l’animal, de ses pattes antérieures, fut propulsé. Il chargeait droit sur les terriens, surpris. Mais pas pour longtemps. En une fraction de seconde, ils avaient ouvert le feu. Les tirs des cinq Famas fusèrent vers la bête en pleine course. Si inconcevable que cela fut, les balles semblaient ricocher sur sa peau.

— Les balles rebondissent, cria Loïc Solaris, pour couvrir le bruit que faisaient les tirs de mitrailleuse.

Mais alors que les chargeurs se vidaient, à une vitesse stupéfiante, la terrible créature ralentit puis s’immobilisa. Après un temps, où elle se maintient debout, elle s’écroula. Les cinq soldats rechargèrent immédiatement, de peur de rencontrer ou d’avoir attirer d’autres monstres identiques.

— La vache… Je n’aurais jamais cru qu’un dinosaure pouvait être aussi résistant, s’exclama Romain Bahamut.

— À mon avis, ce n’est pas un dinosaure normal, expliqua Solaris.

— Ça il n’y a pas besoin d’avoir un doctorat en physique pour s’en rendre compte, fit Zedar. Avec cinq chargeurs complets de Famas, et surtout des balles améliorées et plus performantes, toute créature aurait trépassé depuis longtemps. Celle-là se tenait toujours debout, avant de s’effondrer. Elle m’a foutu une peur bleue, je l’avoue.

Un ange passa, avant de s’enfuir à tire d’aile, comme effrayé par une créature-dinosaure terrifiante. Après ce silence contemplatif, le major Raziel reprit la parole :

— Nous allons contacter le SG-C pour les prévenir de la situation et demander si nous pouvons rechercher le laboratoire dont le jaffa a parlé.

— Bien, je compose les coordonnées, se dévoua Nécrona.

Il se dirigea vers le DHD en remettant ses lunettes de vue bien en place. Une fois le vortex créé, le major Raziel, chef de mission, fit un rapport rapide au général Hammond.

— Pouvons-nous partir à la recherche du laboratoire ? demanda-t-il enfin.

— Bien sûr. Mais surtout, soyez prudents. Si des monstres préhistoriques se promènent en liberté dans la forêt je veux que vous soyez sur vos gardes. N’hésitez pas à rentrer si vous avez un problème, expliqua Hammond.

— Entendu, fit Raziel avant que le vortex bleuté ne disparaisse. Bien, quelqu’un a une idée pour trouver le labo ?

— Franchement, je ne voix pas comment on pourra le trouver sans matériel de détection énergétique, fit Solaris d’un ton défaitiste.

— Écoutez, j’ai une idée, major.

— Oui ?

— On pourrait se séparer. Chacun prend une direction, avance de cinq kilomètres et revient. Bien sûr, on fait attention, on cherche tout ce qui sort de l’ordinaire, etc… vous connaissez le topo, déclara Vincent Necrona, tacticien hors pair. Avec ça, on devrait multiplier les chances de trouver ce labo. On le fait en deux ou trois fois, pour étendre encore le champ de recherche et normalement on devrait trouver.

— Ça me va, fit Raziel. Mais combien de temps prévoyez-vous pour un aller-retour. Deux heures ?

— Ouais, à peu près.

— OK. On le fait vers l’est. Tout le monde prend une direction plus ou moins tournée à l’est. On fera les quatre points cardinaux, soit 8 heures. Si on ne trouve rien, on rentre. Il ne faut pas non plus oublier que le jaffa nous a peut-être menti.


***




page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?