SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

L’équipe française fut rassurée. La salle des Anneaux n’était pas encore envahie. Ils se mirent en place, et quelques secondes plus tard, ils couraient dans la forêt pour atteindre la Porte des Étoiles.

— J’espère que les animaux sont restés enfermés dans le labo, sinon ça va être chaud, souffla Necrona tout en courant.

— Ouais ! confirma le reste de SG-20.

Les terriens avaient hâte de retourner sur leur chère planète. Alors qu’ils avaient fait un kilomètre, des grognements et hurlements retentirent derrière eux. Les soldats accélérèrent l’allure, doigt sur la détente. Solaris se retourna et pu voir la gueule d’un tricératops non loin derrière le groupe.

— Monstres derrière nous ! cria-t-il, pour prévenir ses camarades.

Puis, un autre tricératops apparu, bientôt rejoint par quatre taureaux. SG-20 continuait à courir mais les animaux gagnaient du terrain, ces derniers étaient tout simplement plus rapides. De plus, les soldats furent arrêtés par deux créatures qui venaient d’atterrir. Ces nouveaux monstres ressemblaient à une fusion entre un ptéranodon et un aigle géant. Ils étaient à couper le souffle. Krit’Bek, malgré sa folie, était remarquablement doué. Les membres de SG-20 ne se laissèrent pourtant pas surprendre et ouvrirent le feu. Les balles pénétrèrent le corps fragile de ces animaux qui pépièrent de douleur. Les deux bêtes, sentant qu’elles n’étaient pas idéalement placées et se débattant comme elles pouvaient, en donnant des coups de bec dans le vide, facilement esquivés par les humains, voulurent décoller. Les deux sortes d’oiseaux géants étendirent leurs ailes, trouées de balles et commencèrent à s’élever du sol. Toutefois, elles ne purent le faire longtemps. Alors que le sang de ces animaux giclait des blessures béantes que les balles avaient infligées, les deux aiglonodon retombèrent, morts. Mais les quelques secondes perdues pendant le combat avaient permis aux bêtes terrestres de revenir sur les cinq hommes. Deux taureaux fonçaient droit sur le major tandis que chaque bête prit pour cible un autre membre de l’équipe d’exploration. Les hommes se séparèrent pour gagner du terrain et permettre une esquive plus aisée. Solaris réussit d’un roulé-boulé à se mettre hors de porté de l’horrible tricératops qui l’avait pris pour repas. Il profita du répit gagné par le fait que l’animal devait faire un demi-tour au large tout en continuant de courir, ne pouvant s’arrêter en pleine course, pour recharger. Les autres membres purent user de la même technique sans trop de mal. Seul Frédérick Zedar et Vincent Nécrona furent touchés par les griffes d’une des pattes des taureaux qui les avaient attaqués.

Mais le major Raziel, lui, était en danger. Il avait pu esquiver le premier taureau mais le deuxième l’avait heurté de plein fouet le propulsant au sol. Sonné, il se releva tant bien que mal tout en rechargeant. Il se rendit compte que toute sa veste était déchirée et ensanglantée. La créature avait eu le temps de le griffer. Son flanc droit était bien ouvert et l’on pouvait presque voir les côtes, mises à nues. Ce n’était pas beau à voir et il fallait qu’il se soigne le plus vite possible. Mais avant, il devait supprimer toute menace. Malgré la douleur, il se remit au travail, il fallait tout d’abord qu’il recharge son arme. Il ne le faisait pas assez vite à son goût et en eut la confirmation lorsqu’il entendit les bruits de tirs des Famas des membres de son groupe. Les deux taureaux revenaient sur lui à pleine vitesse, leur demi-tour effectué. Il se concentra sur son arme pour y replacer le chargeur.

— Allez, fit-il après le chargeur qui n’arrivait pas à trouver sa place dans ce moment critique. Sa tête tournait trop et sa vision n’était pas assez nette pour qu’il puisse faire les choses efficacement.

Les deux créatures se rapprochaient terriblement vite, et cette fois-ci, il ne pouvait pas se permettre d’encaisser une nouvelle attaque. Son chargeur était enfin en place, il enclencha l’arme puis fit feu. Mais les deux taureaux, symboles de la colère d’Apis étaient bien trop proches. Raziel se prépara à l’impact… qui n’eut pas lieu. Une terrible déflagration se produisit à quelques mètres de lui, en plein sur les taureaux. Les deux bêtes parcoururent encore quelques mètres, puis s’effondrèrent aux pieds du major, à moitié calcinées.

Le major tourna sa tête en direction de ses hommes. Ils l’avaient sauvé. Ils avaient pu vaincre les animaux qui leur faisaient face et un des hommes avait envoyé une grenade sur les deux taureaux le menaçant. Il était soulagé, et failli s’écrouler de joie et de fatigue. Sa blessure au flanc le faisait terriblement souffrir. Alors qu’il allait faire un pas pour féliciter son sauveur, il s’aperçut qu’il avait aussi une entorse à la cheville. Frédérick Zedar se porta à son secours et vint le soutenir.

— Comme nous avions vidé nos chargeurs sur les bestiaux qui voulaient notre peau et que nous n’avions pas le temps de recharger avant que ces créatures soient sur vous, j’ai balancé une grenade, expliqua Romain Bahamut pendant que le groupe reprit sa marche.

Après un kilomètre de marche lente, en raison de l’état du major, et surtout effectuée sous la menace d’une réapparition de ces monstres, SG-20 fut content d’apercevoir la Porte des Étoiles, dans sa clairière heureusement vierge de monstres. Seul le tricératops mort et son repas plein de mouches pouvaient gâcher ce moment.

Solaris alla composer les coordonnées. Le kawoosh se produisit et le vortex fut formé. Le lieutenant composa le code du GDO, pour que la Terre ouvre l’iris, quand Necrona déclara :

— Au moins, on n’aura pas à trafiquer notre rapport.

Le major sourit en repensant au scientifique fou, qui lui avait néanmoins redonné l’espoir de revoir ses anciens camarades. Puis, SG-20 franchit la Porte pour un retour mérité, après une mission qui ne s’était pas tout à fait passée comme ils l’avaient espéré.



page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?