SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

Le groupe parcourait de longs couloirs sombres mais pourtant par endroit richement décorés de symboles Goa’Uld dorés. Ces symboles ne devaient pas souvent être mis en valeur et nettoyés car ils étaient sales mais laissaient penser que cette prison avait par le passé été un bel édifice. Pour une prison, elle n’était pas vraiment horrible, loin de là. C’était peut-être pour que les prisonniers, en plus du travail à la mine, ne soient pas abattus par un environnement trop hostile. Qui aurait cru cela possible venant des Goa’Uld ?

Après quelques nouveaux couloirs, l’éclaireur ralentit sa course.

— Que se passe-t-il ? demanda le capitaine Zedar.

— Une intuition. Je sens qu’il y a du monde pas loin.

— Vraiment ? fit Necrona dubitatif.

Le groupe ralentit la cadence pour finir en avançant l’arme à la main, pointée en avant. Chaque détour de couloir était prudemment abordé. Puis, un tir eut lieu. Le projectile incandescent finit sa course sur le mur, à quelques centimètres de la tête de Bahamut. SG-20 se mit en position de combat et commença à tirer, suivi de peu par les Jaffas Libres et Teal’C. Les derniers gardes de la prison ne purent pas faire grand-chose et s’écroulèrent les uns après les autres, mais un de leurs tirs réussit à atteindre un Jaffa Libre qui s’écroula. Après l’échauffourée, le prisonnier Jaffa jeta un coup d’œil au lieutenant Necrona, et lui dit :

— Vous voyez ?

— Mouais… C’était facile à prévoir, marmonna Vincent dans sa moustache. Puis, en se tournant vers Teal’C qui prenait le pouls de son frère d’armes couché au sol, il s’informa :

— Alors ?

— Il est mort, fit l’ancien primat d’Apophis, le regard sévère.

Les survivants à la bataille ne pouvaient pas faire grand-chose pour lui en l’état actuel des choses. Teal’C lui ferma les yeux, la tête penchée en avant, comme pour une dernière pensée pour l’un de ses frères d’armes, puis, le groupe reprit sa marche prudemment. Après de nouvelles minutes de tension, l’éclaireur annonça :

— Nous y sommes. Ce sont les cellules prévues pour les nouveaux prisonniers. Il faut trouver les commandes pour les ouvrir, finit-il en se penchant sur le panneau de touches et en essayant plusieurs combinaisons.

Teal’C pointa son arme sur le dispositif voisin et tira une rafale. Cela endommagea et court-circuita le panneau et les commandes ce qui eut pour effet d’ouvrir la porte.

- Ah oui ! En effet, c’est plus efficace, s’exclama le prisonnier après un coup d’œil à Teal’C et son petit sourire en coin.

Les autres membres du groupe firent de même sur toutes les portes et visitèrent toutes les cellules. Mais ils ne trouvèrent rien. Toutes les salles étaient vides.

— Ça n’a pas de sens, explosa Raziel. Vous avez dit que la rumeur voulait qu’un ou des humains soient enfermés ici. Pourquoi n’y a-t-il donc personne ?

— Je ne sais pas, répondit l’ancien prisonnier n’aillant aucune réponse à donner.

— C’est étrange, en effet, fit Teal’C.

— Toute cette mission pour rien ! À moins qu’ils ne soient autre part.

— J’en doute, expliqua le Jaffa. Je connais bien cette prison et à part cette zone isolée du reste de la prison, il n’y a aucune autre cellule. S’ils ne sont pas ici et que je ne les ai pas vus dans l’aile principale, c’est qu’ils ne sont pas sur ce site.

— Mais c’est impossible. Nous avions nos sources. Le Tok’Ra infiltré a dit qu’au moins un humain était arrivé sur cette planète.

— Il est peut-être reparti, proposa un des Jaffas Libres

— Tout ça pour rien, fit Alex Raziel, désespéré.

— Non. Pas pour rien. Vous nous avez libérés. Nous vous en sommes très reconnaissants. C’est sûr que certains vont s’empresser de retourner voir leurs maîtres, mais beaucoup rejoindront les rangs des Jaffas Libres. Moi, y compris. Et ce n’est pas rien.

— Je sais. Mais j’espérais tellement revoir mes anciens camarades.

— C’est bien compréhensible.

— Je suis égoïste, hein ? fit tout à coup Raziel.

— Certainement un petit peu, en effet, mais je vous comprends parfaitement, expliqua Teal’C. Je ne supporte pas non plus que des membres de SG-1 soient retenus quelque part contre leur volonté par des Goa’Uld. Ou par qui que ce soit d’autre.

— Bien. Replions-nous. Rejoignons les autres et quittons cette maudite planète.

Alors que le groupe se préparait à repartir de la zone des cellules, la radio d’Alex Raziel retentit en grésillant.

— Attention, c’est un piège, fit la voix du major Royship à moitié masqué par des tirs. Je répète, cette opération était un guet-apens. Repli, que tout le monde se replie. Je répète, retraite.

Puis, la radio n’émit plus que des parasites.

— Qu’a-t-il voulu dire par c’est un piège ? demanda Bahamut.

— Je ne sais pas mais je ne compte pas rester là pour le savoir. Allez, on bat en retraite, lança Alex Raziel qui s’était repris.

— Bien.

Et le groupe se réengagea dans le couloir par lequel ils étaient arrivés.


***




page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?