SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

SG-16 au complet et près d’une vingtaine de Jaffas Libre parcouraient la forêt dans l’espoir d’arriver jusqu’aux vaisseaux. Cela faisait maintenant vingt minutes qu’ils avaient quitté le relatif abri que constituait la caverne dans laquelle ils s’étaient cachés. Pour le moment, ils n’avaient rencontré aucun Jaffa d’Apis et la major Royship en était rassuré.

Ils avançaient bien, prudemment, mais sûrement. Toutefois, Luke avait un mauvais pressentiment. Il fut alors rejoint par un Jaffa qui prit la parole :

— Vous voyez, Tau’Ri, il n’y a que peu de risques que nous tombions sur une patrouille Jaffa, et nous serons bientôt aux vaisseaux, déclara Kal’Et.

Le terrien avait une réplique cinglante à la bouche, mais il préféra conserver son mutisme tout en espérant sincèrement que le Jaffa ait raison.


SG-20 et Teal’C suivaient Yohann dans le dédale des couloirs du Ha’Tak. Les terriens n’avaient pas encore récupéré leurs armes et ils étaient tous anxieux. Ils suffisaient qu’ils tombent sur un régiment de Jaffa en patrouille et leur espoir d’évasion s’évaporerait comme neige au soleil. Toutefois, pour le moment, il semblait que la chance soit avec eux. Yohann et Teal’C qui ouvraient la marche faisaient bien attention à chaque angle de couloir et jetaient un rapide coup d’œil furtif dans le couloir suivant avant de permettre au groupe de continuer à avancer. Cela prenait plus de temps, mais c’était aussi grâce à cela qu’ils étaient encore en vie. Ils avaient vu plus d’un Jaffa se promener dans les couloirs mais avaient eu le temps à chaque fois de prévenir tout le monde et de trouver une pièce où se dissimuler.

- On y est, s’exclama alors Yohann avec un soulagement visible en s’approchant d’un boitier de commande.

Il pianota un code et la porte coulissa pour permettre le passage à SG-20. Une fois tout le monde rentré, Yohann referma la porte derrière lui.

Il avait les traits tirés et l’on pouvait lire la fatigue dans ses yeux. Maintenir le contrôle de son corps et empêcher la larve Goa’Uld de s’emparer de son esprit était épuisant. Il ne savait pas combien de temps encore il allait réussir à conserver sa volonté intacte mais il n’osait le signaler aux autres.

Ces derniers se précipitèrent vers leurs armes, mais celles-ci étaient pour la plupart vides. Et ils avaient vidés tous leurs chargeurs sur les Jaffas ennemis dans la prison avant de se faire prendre. Ils prirent alors leurs Beretta 9mm, en se disant qu’ils n’avaient plus qu’à tuer quelques Jaffas d’Apis et s’emparer de leurs Zats. Ils prirent aussi leur équipement, leurs radios et les GDO disposés sur une table et mirent de nouveau leurs gilets par balle et vestes de combat.

Les français se sentirent alors bien mieux. Ce n’était pourtant pas grand chose, mais ils étaient maintenant bien plus confiants pour lutter contre l’ennemi.

Yohann Tajiri cria soudain en se penchant sur lui-même et en se tenant la tête des deux mains. Teal’C et Vincent Necrona se précipitèrent sur lui pour le retenir. Mais alors qu’ils s’approchaient de lui, le Goa’Uld reprit le contrôle, ses yeux s’illuminèrent, bien que faiblement, et Yohann frappa Alex qui était le plus proche de lui, avant de se retourner. Il ne pu toutefois aller bien loin et ne parvint pas à atteindre la porte, Teal’C et Vincent qui avaient continué leur action, furent sur lui et le maîtrisèrent avant.

Teal’C avait fait une clé de bras à Yohann et lui maintenait les bras derrière le dos, fermement.

— Lâche-moi, Jaffa.

— Je ne crois pas, fit Teal’C, calmement.

— Ajak ! Ha’Taaka ! pesta Yohann en gesticulant dans l’espoir de se défaire de la prise du guerrier.

— Que fait-on de lui ? demanda Bahamut.

— Je ne sais pas, avoua Alex Raziel. On ne peut pas l’abandonner ici.

— Ça nous le savons, intervint Solaris. Mais on ne peut pas non plus le laisser en Goa’Uld. Il faudrait l’assommer ou le zater. Mais après, pour le déplacer, ça ne va pas être facile.

— En effet, confirma Teal’C.

— Kra Una Shak Una, continua de crier Yohann ses yeux s’illuminant de plus belle. Mel Tok Nee.

— Mais oui, c’est ça, répondit Zedar avant de lancer : Rin'Noc !

— Le plus facile, ça serait que Yohann arrive à reprendre le contrôle, expliqua Necrona.

— En effet, répéta Teal’C.

Il y eut alors une période de silence. Quelques longues secondes passèrent sans que personne ne bouge, ne sachant que faire. Le corps de Yohann semblait inanimé, sans vie. Teal’C n’avait pas desserré son étreinte, sentant un mauvais coup du Goa’Uld.

— On ne peut pas rester ici indéfiniment. Quelqu’un va bien s’apercevoir que nous ne sommes plus dans notre cellule et alors l’alarme sera donnée, expliqua Teal’C.

— Oui, vous avez raison, dit Raziel. Il nous faut partir et rejoindre une salle d’anneaux pour rejoindre la planète. En espérant que des Jaffas Libres et SG-16 aient réussi à s’en sortir et soient encore là pour nous donner un coup de main.

— Personnellement, j’espère qu’ils ont réussi à rejoindre le site Alpha, lâcha Bahamut.

— Oui, moi aussi, bien sûr. Mais je pense qu’on aura bien besoin d’eux une fois revenus sur la planète. Je nous voyais mal prendre d’assaut la Porte des Étoiles à 6 contre une trentaine, voire plus, continua Alex en voyant le regard surpris de ses amis.

— Ah oui, c’est vrai. J’y pensais plus.

— De toute façon, on devrait plutôt essayer de rejoindre les vaisseaux et laisser tomber la Porte, proposa Necrona.

— Oui ! On va faire ça. Maintenant, reste encore la question de Yohann…

Mais quand celui-ci se redressa et reprit la parole, il avait une voix normale :

— Ça va. C’est moi, réussit-il à dire, d’une voix basse et essoufflée.

Tous les membres de SG-20 le regardèrent, soulagés.

— Vous pouvez me lâcher, Teal’C.

Mais ce dernier ne consentait pas à bouger, alors Yohann reprit :

— Teal’C, c’est bon, c’est moi, je vous assure. J’ai réussi à reprendre le contrôle, dit-il d’une voix qui se faisait de plus en plus forte et assurée.

— Lâchez-le, Teal’C, accorda le major.

— Merci, fit Yohann en se massant les bras et les épaules un peu douloureuses.

— Bon, bah on a plus qu’à partir vite fait de ce vaisseau.

— Oui. Je vais vous accompagner jusqu’à une salle de transport.

— Quoi ? Tu ne viens pas avec nous ? s’étonna Alex Raziel.

— Non. Tu as bien vu que mon contrôle est des plus précaires. Je n’ai pas envie de me retourner contre vous au plus pénible des moments. Ni une fois revenu sur Terre être le cobaye des scientifiques de la zone 51.

— Mais enfin, voyons…, articula Raziel, surprit, qui ne savait plus quoi dire à son ancien ami.

— Ne t’inquiète pas, j’ai bien réfléchi. Et je ne laisserais pas le Goa’Uld devenir maître de moi. Je ne deviendrais pas esclave de sa volonté, expliqua Yohann avec une sombre détermination.

— Je vois, parvint à dire son supérieur, qui comprenait ce que son ami venait de lui annoncer.

Yohann préférait mourir plutôt que de vivre ainsi, à la botte d’une larve extraterrestre, témoin de ses atrocités. Alex Raziel, SG-20 et Teal’C comprenaient parfaitement. Un ange, vaillant mais attristé par cette nouvelle, traversa la pièce.

Puis, Teal’C eut une idée :

— Et si vous confiiez votre vie à la Tok’Ra, capitaine Yohann Tajiri.

— Que voulez-vous dire ? demanda l’intéressé.

— Il se trouve que les Tok’Ra savent parfaitement maîtriser l’art des Goa’Uld. Ils pourraient, je pense, vous retirer la larve sans dégâts et ainsi vous redeviendriez vous-même. C’est ce qu’ils ont fait une fois à Samantha Carter.

— Mais oui ! réagit Alex Raziel, reprenant espoir. C’est vrai ! Pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ?

— Vous êtes un génie, Teal’C, le félicita Solaris.

— Au-dessus de la moyenne, confirma Teal’C, modeste, en souriant.

— Vous le pensez vraiment ? voulut savoir Yohann qui n’avait pas encore le même enthousiasme que ses camarades.

— J’en suis assuré.

— Merci, Teal’C. C’est décidé alors. Je viens avec vous.

Mais alors que l’optimisme était revenu sur SG-20, l’alarme retentit dans tout le vaisseau.


***




page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?