SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

Apis n’arrivait pas à y croire. Il n’avait toujours pas reçu de rapport de son primat, ce qui voulait dire que les Jaffas n’avaient toujours pas remis la main sur les Tau’Ri. Mais où est-ce que ces crétins de terriens pouvaient bien se planquer ? Si seulement leurs esprits n’étaient pas si faibles, peut-être Apis pourrait espérer penser comme eux. Et alors il arriverait à les retrouver. Mais, il n’y avait aucune chance. Leur infériorité était bien trop énorme pour qu’un Goa’Uld, un Dieu, puisse parvenir à penser comme eux. Il devait donc laisser faire son primat, en espérant qu’il les trouve vite.

Le terrible Goa’Uld taureau arpentait les couloirs d’un pas rapide témoignant de son énervement. Il devait encore faire un compte rendu de la situation à Sekhmet. Il en venait à plaindre le retour de sa supérieure et maitresse. Cette dernière était trop instable, colérique et encline à la folie. Même si Apis était puissant, il lui arrivait d’avoir peur de Sekhmet. Et maintenant qu’elle avait un nouveau corps jeune et quasiment parfait elle était encore plus forte que jamais.

Il arriva devant la porte de la salle du trône de Sekhmet et se fit annoncer.

— Oui, entre mon cher Apis, répondit la superbe femme assise sur le grand trône du Ha’Tak.

Elle était visiblement de bonne humeur. Mais Apis ne s’y fia pas. Son humeur pouvait changer très rapidement.

— Alors, où en est la situation ? demanda-t-elle. Je suppose que tu n’as toujours pas retrouvé ces terriens, sinon tu ne ferais pas cette tête là.

— En effet, maîtresse. Les terriens sont toujours introuvables, confirma Apis.

— Je ne me souvenais pas d’une telle incompétence de ta part. Peut-être Ptah et moi-même n’aurions-nous pas dû te laisser si longtemps tout seul. Non seulement tu as perdu bon nombre de planètes de notre domaine, mais tu as l’air de t’être ramolli, fit Sekhmet d’un ton tranchant.

Apis voulut répliquer sur le même ton mais au dernier moment, il se retint. Il ne voulait pas envenimer la situation. Surtout que les mauvaises nouvelles n’étaient pas terminées.

— De plus, ma Reine, je viens vous annoncer que nous avons détecté un Ha’Tak en hyperespace et devant arriver sous peu dans ce système.

— Sûrement les renforts que j’ai fait demander pour pallier ton manque de réussite, rétorqua Sekhmet toute bonne humeur envolée.

— Je ne crois pas que ça soit ça, maîtresse.

— Tu oses mettre ma parole en doute, déclara la Goa’Uld en s’avançant un peu sur son trône comme pour se rapprocher de son second.

— Euh…, fit Apis, hésitant.

— C’est bien, je vois que tu n’as peut-être pas perdu tout ton courage. Tu peux continuer, précise ta pensée, accorda Sekhmet.

— Pour moi, fit le Goa’Uld reprenant du poil de la bête avec l’accord de sa reine, ce vaisseau arrive trop tôt pour que ça soit les renforts que vous avez demandés.

— C’est exact, en effet, dit alors la belle blonde après un temps de réflexion. Que toutes les batteries d’armement se tiennent prêtes et que l’on renforce l’énergie du bouclier, ordonna-t-elle d’un ton autoritaire.

— Il en sera fait selon vos ordres, répondit aussitôt un des Jaffas haut gradé qui se tenait dans la pièce en baissant la tête et en pianotant les nouvelles données sur le panneau de contrôle du vaisseau.


Cela faisait plus d’une heure qu’Apis avait quitté Sekhmet et il ne s’était toujours rien passé, ni sur la planète, ni dans l’espace. Apis s’inquiétait encore. Il n’avait toujours aucun résultat positif à transmettre à sa Reine. Pire, il avait reçu un rapport signalant que des Tau’Ri avait fuient la prison en semant une pagaille monstre et en permettant à des Jaffas Libres pris lors du piège de s’évader. Il allait encore subir les remontrances de Sekhmet. Mais comme toujours, il allait y faire face. Il entra de nouveau dans la salle du trône de la Déesse.

— Ba'ja'kalma'te, ma Reine, souffla-t-il en baissant la tête une fois devant la Goa’Uld.

— Ah ! M’apportes-tu quelque chose de nouveau, cher Apis ?

— Oui, ma déesse. Mais ce ne sont pas de bonnes nouvelles.

— Que s’est-il passé ?

— Les terriens qui se sont échappés de ce vaisseau ont été vu en train de s’enfuir de la prison. Ils ont fait exploser des charges d’explosif réduisant en poussière une partie de la mine et permettant à plusieurs Jaffas Libres de les rejoindre dans leur escapade. Depuis, il n’y a aucun signe sur la planète des terriens, ni même des Jaffas Libres.

— Je vois, fit Sekhmet, d’un ton inquiétant et lançant un regard qui l’était tout autant.

— Je viens aussi vous annoncer que le Ha’Tak que nous avons détecté ne va pas tarder à faire son entrée dans le système. Je voulais savoir ce que nous devons faire ?

— Comment cela, ce que nous devons faire ? questionna la puissante femme.

— Devons-nous quitter l’orbite de la planète et nous éloigner le temps que ce vaisseau reparte et ne soit plus une menace ou devons-nous faire face ?

— Tu veux fuir ? Ajak ! cria la Goa’Uld en se levant. Nous allons attendre ce vaisseau de pied ferme et le renvoyer d’où il vient un coup de pied au derrière. Si ça se trouve, il vient pour chercher les Jaffas Libre et les Tau’Ri qui sont encore sur la planète, mais qui sont introuvables pour tes troupes.

— Heu… C’est possible. Mais je pensais qu’ils seraient déjà partis depuis le temps.

— Et comment. La Porte est trop bien gardée et n’a toujours pas été attaquée.

— Ils avaient peut-être des vaisseaux, et si c’est le cas…

— Je ne vais pas me mettre à penser avec des si. Ils sont toujours sur la planète. Et quand mes troupes d’élites arriveront, ils les retrouveront et tueront les Shol’Va et me rapporteront les Tau’Ri.

— Déesse, souffla alors une voix apeurée.

— Oui, fit la Goa’Uld en se tournant vers un des Jaffas pilotant le vaisseau devant les panneaux de commande.

— Le Ha’Tak va sortir de l’hyperespace dans quelques secondes.

— Bien. Voyons qui c’est, déclara Sekhmet en se dirigeant vers la grande baie vitrée donnant sur l’espace pour y voir apparaître le vaisseau.

Une formation troua l’espace et dans la seconde un Ha’Tak en sortit alors que la brèche disparaissait derrière lui. Le Ha’Tak prit immédiatement pour cible le vaisseau de Sekhmet et se mit à tirer.

— Ja'ia ! tonna Sekhmet, s’apercevant par là-même que ce vaisseau n’était pas celui qu’elle attendait.

Elle jeta un regard à Apis en se disant qu’il n’était peut-être pas si mauvais que ça. Mais elle devait le reprendre un peu. Ils l’avaient laissé trop longtemps tout seul, son mari et elle.

Les deux vaisseaux échangeaient des tirs. Les lasers s’écrasaient sur les boucliers faisant vibrer les Ha’Tak. Mais les deux vaisseaux étaient bien défendus et il faudrait encore quelques minutes avant que l’un des deux ne perde son système de défense permettant à l’autre de le détruire.

— Ma Reine, retentit une voix paniquée.

— Qu’y a-t-il ? demanda Sekhmet.

— On nous signale une puissante explosion sur la planète, et la prison subit un assaut. Ils demandent des renforts.

— Je vois. Ce vaisseau joue la diversion. Il veut nous empêcher de téléporter des renforts sur la planète pour aider les Tau’Ri dans leur attaque. C’est bien vu.

— Que faisons-nous, ma Reine ? s’informa Apis.

— Nous allons tout de même envoyer des troupes sur la planète. Faîtes débarquer vous hommes sur la prison, Jaffa ! ordonna-t-elle à l’un des hauts gradés qui était encore présent.

Celui-ci ne prit même pas la peine de répondre et après un bref salut protocolaire quitta rapidement la salle du trône qui vibrait encore sous les coups de l’autre Ha’Tak.

— Mais, ma Reine…, protesta Apis.

— Oui ?

— Il est trop dangereux d’envoyer des Jaffas par les Anneaux alors que le vaisseau est sous le feu ennemi. Ils risquent de ne pas en sortir vivants, expliqua le Goa’Uld.

— C’est un risque à prendre. Je ne veux pas que les Tau’Ri gagnent ou quittent la planète.

— Bouclier à 60%, annonça l’un des pilotes.


***




page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?