SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

Une grosse explosion détruisit tout un côté de la prison. Après la mine qui avait été touchée quelques heures plus tôt, c’était maintenant la prison qui était prise pour cible. Les gardes Jaffas n’en revenaient pas. Après tant d’années si paisibles, où il ne s’était rien produit de bien passionnant si ce n’est un ou deux évadés, voilà que cette planète se faisait attaquer sans arrêt. Mais que se passait-il donc ? Les Tau’Ri étaient-ils vraiment aussi fous qu’on le disait ? Et surtout, étaient-ils donc vraiment si puissants ? La garde se reprit après un temps de panique et quelques Jaffas s’en allèrent voir ce qu’il se passait, prudemment, l’arme à la main.

Là, une nouvelle explosion retentit ! Elle était moins importante que la précédente mais elle fut suivie de rafales de tirs provenant de lances lasers. Beaucoup de gardes Jaffas tombèrent sous les coups arrivant par surprise et sortant de la lisière des arbres. C’est alors qu’un groupe de Jaffas Libres jaillit de la forêt entouré de Terriens. Le chef de la garde de la prison reçut un tir de P-90 dans la poitrine et tandis qu’il s’écroulait, il se dit que décidément, les Tau’Ri étaient cinglés. Oser tenter une nouvelle attaque après la déroute qu’ils avaient connue, c’était soit être déments, soit être courageux. Il ferma les yeux et s’éloigna dans les ténèbres, tout de même content d’être mort au combat et non de sénilité.


— Vite ! Allez chercher les prisonniers ! Dites-leurs qu’il faut partir le plus vite possible et que tous nous suivent ! cria le major Royship à Ek’Zhil et Cret’Beck tout en tirant quelques courtes rafales de son arme et en essayant d’être le plus précis possible.

Ce n’était pas évident en courant. Il descendit le court talus qui séparait le campement de la mine et l’entrée de la forêt. Il se précipita vers un gros container pour se mettre à couvert et pouvoir recharger. Il reprit son tir pour couvrir l’arrivée du lieutenant Wolfe. À eux deux, ils purent tuer quelques Jaffas d’Apis pour sécuriser la fuite des prisonniers qui couraient en sortant de la mine pour rejoindre le plus rapidement possible la relative sécurité des arbres.

SG-20 était resté à la lisière des bois et essayait de viser les gardes les plus dangereux pour protéger les prisonniers qui couraient mais qui n’étaient guère couverts sur le terrain plat menant à la forêt. N’ayant plus de balles depuis longtemps, ils étaient armés de lances Jaffa pour pouvoir tirer à moyenne distance.

Les Jaffas d’Apis, voyant qu’ils n’arrivaient pas vraiment à faire de dégâts sur les forces des Jaffas Libres, qui étaient en partie protégés par la distance et les arbres, avaient décidé de se mettre à tirer sur les fuyards. Les Jaffas Libres faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour protéger leurs frères capturés lors du premier assaut et les autres prisonniers.

— Si seulement on avait des snipers, regretta Vincent Necrona.

— Ça c’est sûr, on pourrait faire un joli carton, approuva Bahamut.

— Ce n’est pas que je n’aime pas ces lances, mais je serais pas contre un bon sniper non plus, avoua Loïc Solaris.

— On se débrouille pourtant pas trop mal, je trouve, fit Raziel.

Après encore quelques minutes de tirs ininterrompus, le major français ordonna la retraite. Il était plus que temps de fuir avant l’arrivée des renforts. Même si le vaisseau des Jaffas Libres devait être en place en orbite en train d’agresser le Ha’Tak de Sekhmet, on ne savait jamais ce qu’il pouvait se passer. Il ne fallait pas courir le risque de voir débarquer une armée entière.


Les deux vaisseaux s’échangeaient toujours des tirs. Et leurs boucliers baissaient inexorablement. Déjà, certains tirs franchissaient la barrière énergétique et venait frapper la coque par endroit faisant trembler toute la structure.

— Déesse Sekhmet, nous devons nous retirer, implora un des Jaffas aux commandes du Ha’Tak. Si nous ne le faisons pas nous risquons d’y rester, tous les…, mais il ne put jamais finir sa phrase.

Sekhmet s’était levé de son trône la main en avant et une puissante onde de choc surgissant du gantelet de la femme avait heurté le pauvre Jaffa le tuant sur le coup.

— Jamais ! Nous ne fuirons pas. Détournez toute l’énergie dont nous n’avons pas besoin vers les boucliers.

— Mais… c’est déjà fait ma Reine, osa expliquer l’un des Jaffa.

— Et bien nous ne risquons rien alors. Ce sont eux qui vont être réduits en poussière ! assura-t-elle un grand sourire aux lèvres.

Apis n’était pas vraiment de cet avis. Pour lui, leur fin était proche. Les deux vaisseaux allaient se détruire mutuellement. Quelle fin pour deux dieux…

— Qu’en est-il des renforts ? demanda Sekhmet.

— Ils ne devraient plus tarder.

Mais allaient-ils arriver à temps, se demanda Apis.

— Ma Reine, on détecte un mouvement, déclara tout à coup un des Jaffas toujours présent aux commandes.

— Les renforts ?

— Non, déesse. C’est le vaisseau ennemi. Il a arrêté de tirer et bat en retraite.

— Ne le laissez pas fuir ! Je veux qu’on le détruise avant qu’il ne parte en hyperespace.

Mais c’était trop tard. Malgré les quelques tirs du Ha’Tak des Goa’Uld, le vaisseau des Jaffas Libres parvint à passer en vitesse lumière sans exploser.


Le grand anneau de pierre se mit en mouvement encore une fois. Les gardes Jaffas en armure de taureau présent autour de l’édifice ne s’en inquiétèrent pas plus que ça. Le Chaap’Aï s’était déjà activé plusieurs fois sans que rien ne se passe. C’était étrange mais assez rassurant. Même si les Jaffas étaient entrainés pour se battre, une bataille évitée était toujours une bataille gagnée.

Ils se mirent toutefois en place, comme une routine. Après quelques secondes, puis minutes, toujours rien ne se passa. Comme les dernières fois. Les Jaffas se détendirent et attendirent que le vortex se referment malgré une petite tension. Mais bien moins grande que les fois précédentes. C’était après tout la quatrième fois que cela se produisait.

Mais, à la surprise de tous, un objet jaillit du vortex. C’était un étrange objet allongé, mais les Jaffas n’eurent pas le temps de l’observer en détail puisque celui-ci s’envola, hors de vue, suivi par une étrange fumée. Les gardes d’Apis étaient partagés. Certains regardaient la Porte, les autres le ciel et certains jetaient un coup d’œil inquiet aux deux à la fois. Alors, l’objet insolite redescendit. Ils le virent très nettement foncer droit sur eux. Répondant à leurs instincts primitifs qui leur disaient que cet objet n’était pas du tout bon pour eux, ils voulurent fuir. Mais avec les quelques secondes dont ils disposèrent, ils n’eurent pas le temps d’aller bien loin. Le souffle de la puissante explosion ravagea un grand périmètre et aucun Jaffa ne survécut.

Peu après, un nouvel objet sortit du vortex. C’était cette fois une machine roulante qui se déplaça jusqu’au DHD et qui eut l’air d’observer la scène avec une des ses excroissances supérieures. Et bien que cela soit impossible, on aurait dit le MALP satisfait.


— SG-C à SG-20, Porte sécurisée. Je répète, Porte sécurisée. Terminé.

Le major Raziel qui courait sur le chemin en direction de la clairière où se trouvait la Porte des Étoiles fut soulagé. Il répandit le message et tous les Jaffas Libres et prisonniers, qui furent content de savoir qu’ils n’allaient plus avoir à se battre et qu’ils pourraient quitter cette planète sans danger.

Le groupe entier arriva à la Porte. Zedar alla composer l’adresse du site Alpha pendant que tout le monde regardait les alentours, malgré tout inquiet. Même si le grand cratère et le sol carbonisé indiquaient que la grosse déflagration avait nettoyée la zone, personne ne se sentait encore tout à fait en sécurité.

Lorsque le vortex se stabilisa tout le monde se précipita pour le traverser. Il y avait quelques blessés parmi les Jaffas Libres et les prisonniers. De plus, les gardes d’Apis devaient être à leur poursuite et il n’était pas bon de s’attarder ici. Malgré tout, leur nombre était plus important qu’au départ.

SG-20 fut le dernier groupe à quitter la planète avec Teal’C, qui portait encore Yohann, toujours inconscient. Ils passèrent la Porte, plutôt satisfaits d’une mission qui ne s’était pas vraiment déroulée comme prévue, mais qui avait permis de faire ce qu’ils devaient faire. Il y avait eu des pertes, plus qu’ils ne le pensaient en partant, à cause du piège tendu par Apis, mais au final c’était eux qui gagnaient. Ils avaient libéré beaucoup de Jaffas qui allaient sans aucun doute rejoindre les rangs des Jaffas Libres, augmentant leur nombre, et plus important aux yeux du major, ils avaient retrouvés deux des trois anciens membres de SG-20.



page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?