SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

Trois imposants vaisseaux mère Goa’Uld apparurent dans l’espace. Sans même un avertissement, ils ouvrirent le feu. Les puissants projectiles laser traversèrent le vide pour aller s’écraser sur les boucliers du Ha’Tak des Jaffas Libres et sur le Prométhée qui répliquèrent immédiatement. Les tirs s’intensifièrent avant de continuer dans un rythme soutenu pendant plusieurs minutes. Les défenses étaient mises à rude épreuve. Après plusieurs nouvelles minutes de bataille le lieutenant Andrews annonça à son colonel :

— Bouclier à 70%.

— Tourelle numéro 3 en surchauffe, scanda un auxiliaire.

Quelques autres tirs secouèrent le vaisseau.

— Faites nous bouger. Nous sommes plus petit qu’eux, tachez d’utiliser cela à notre avantage et essayez d’esquiver les tirs, ordonna Ronson.

Le Prométhée entra alors en mouvement et tourna autour des Ha’Tak ennemis en essayant de briser leurs boucliers. Mais même en se concentrant sur un seul vaisseau, les tirs combinés du Prométhée et du Ha’Tak allié n’étaient pas assez efficace. De nouvelles minutes s’écoulèrent avant qu’il ne se passe à nouveau quelque chose.

— Le Jaffa Eggram nous annonce que leurs boucliers sont à 50 % ! s’écria une jeune femme chargée de faire la liaison entre les deux vaisseaux.

Un nouveau tir fit trembler toute la carlingue du Prométhée beaucoup plus sévèrement qu’auparavant.

— Et les nôtres ? Ils sont à combien ? demanda le colonel.

— 40%.

— Combien de temps avons-nous encore ?

— 10 minutes. Mais le Ha’Tak pris pour cible va bientôt ne plus en avoir.

— D’accord. Annoncez cela à Eggram, même s’il doit déjà le savoir, et demandez-lui de continuer la manœuvre. Nous allons peut-être réussir à détruire un de leurs vaisseaux.

Mais une importante vague de lasers touchèrent de plein fouet le BC-303 et celui-ci connut plusieurs fuites et départs d’incendie.

— Nos boucliers sont à 10%. Encore une série de tirs comme la précédente et on est foutu, annonça le lieutenant d’un ton alarmé.

— Faites nous battre en retraite. Menez-nous hors de portée.

— Mais… Et les Jaffas Libres, questionna le pilote.

— Je ne donne pas cher de leur peau, mais nous n’y pouvons rien. J’ai pour ordre de fuir en cas de coup dur et de ne pas laisser ce vaisseau se faire détruire. Si notre défense ne tient pas, les forces aux sols pourront toujours fuir par la Porte.

Le Prométhée s’éloigna alors de la zone de combat et les tirs qui lui étaient destinés se dirigèrent vers une nouvelle cible.



Sur la planète, tous les Jaffas Libres, les Tok’Ra et les Terriens attendaient d’avoir des nouvelles de la bataille qui faisaient actuellement rage en orbite. Ils avaient activé leur Porte avant l’arrivée des vaisseaux d’Apis pour anticiper une attaque coordonnée. Ils étaient donc prêts à évacuer dès que la situation deviendrait critique. Déjà, les plus atteints, les malades, les blessés, et les plus faibles étaient en sécurité. Il ne restait que des guerriers qui ne voulaient pas quitter cette planète à laquelle ils s’étaient rapidement attachés. Il leur serait dur de tout recommencer autre part, sur un monde vierge, encore une fois.



— À combien sommes-nous du site Alpha ? voulut savoir Necrona.

— Oh, à encore une bonne demi-heure, malheureusement, répondit le major.

— J’espère qu’ils vont bien.

— Moi aussi.

Leurs regards se firent distants, pensifs. Ils étaient dans un croiseur Al’Kesh en hyperespace et auraient tout donné pour pouvoir arriver sur le lieu de la bataille en un instant. Leur mission s’était bien déroulée. Ils avaient pu prendre cinq Al’Kesh et cinq cargos Tel’Tak. Ce n’était pas grand chose en combat contre 3 Ha’Tak. Mais c’était mieux que rien et cela comptait néanmoins dans la balance. Un des Tel’Tak était piloté par Solaris qui était seul à bord et se demandait ce que ce vaisseau avait dans le ventre. Il avait hâte de l’utiliser en situation de combat même s’il n’était pas conçu pour ce genre de chose. Les autres cargos étaient pilotés par un ou deux Jaffas Libres.

Quant aux Al’Kesh, l’un d’entre eux était donc piloté par Alex Raziel secondé de Vincent Necrona et un autre par les deux autres terriens, Romain Bahamut et Frédéric Zedar. Dans les trois derniers vaisseaux se trouvaient les Jaffas Libres restants. Tous espéraient que cette petite force de frappe serait suffisante pour faire basculer la balance en leur faveur.



Eggram faisait une sale mine. Tous les rapports indiquaient l’échec. Dans quelques minutes, ils seraient tous réduits en poussière. Ils n’avaient même pas réussi à détruire un seul vaisseau. Le Ha’Tak du Goa’Uld touché s’était réfugié derrière les deux autres encore intacts et les Jaffas Libres ne pouvaient finir le travail. Leur bouclier n’était plus qu’à 10%. Une misère.

— Nous détectons 3 autres Ha’Tak en hyperespace et se dirigeant dans notre direction avec les senseurs courte portée, les seuls fonctionnels, rapporta celui qui s’occupait du radar. Ils devraient arriver dans les prochaines minutes.

— De mieux en mieux, souffla le commandant. Nous allons devoir fuir. Communiquez avec la planète et dites-leur de plier bagage.

— Attendez ! s’exclama un des jeunes Jaffas en poste aux communications. Je reçois une transmission.

— Passez là ! ordonna Eggram.

À l’écran apparut un primat d’Apis, fier comme jamais, un sourire illuminant sa face.

— Je vous tiens, Ha'shak !

— Vraiment ? fit le commandant des Jaffas Libres, sarcastique.

— Vos boucliers ne tiendront pas deux minutes si j’ordonne la réouverture du feu. Kel'Mak'Tak Anack ! Kel’Mak !

— Je ne crois pas. Rien n’est encore perdu.

— Vous êtes arrogant. Ou Stupide, lâcha le primat d’Apis, énervé.

— Peut-être, fit Eggram qui essayait juste de gagner du temps dans l’espoir que les trois Ha’Tak qui n’allaient pas tarder à arriver soient des alliés.

Mais c’était étrange. Si eux les avaient repérés, les vaisseaux ennemis avaient dû faire de même. Et donc il était dans leur intérêt de les tuer tout de suite pour s’occuper de nouveaux venus ensuite sans avoir à faire à trois vaisseaux en plus. À moins que… À moins que ce ne soit pas les renforts attendus, mais le soutien des Goa’Uld.

— Je vous donne une dernière chance de reddition. Si vous ne l’acceptez pas, ma foi… Je ne peux plus rien pour vous, Shol’va.

— Nous allons réfléchir à votre proposition, fit le vieux commandant en un sourire aux lèvres, se riant ouvertement du primat. Celui-ci n’en revint pas.

— Vous osez vous moquer ! Dans ce cas, vous allez mourir. Notre force de soutien arrive bien plus tôt que prévu et puisque vous n’avez pas pu tenir à 2 contre 3 qu’allez-vous faire seul contre 6 vaisseaux mère ? déclara le primat d’Apis, appuyé dans ses dires par l’arrivée des trois Ha’Tak sur le champ de bataille.

Comme l’avait craint Eggram, ces vaisseaux étaient bien du côté d’Apis. Il ne restait plus qu’à fuir. Le Goa’Uld Taureau avait très bien manigancé son attaque et n’avait laissé aucune faille. Sa vengeance était terrible.

Les nouveaux venus firent alors feu de toutes leurs batteries.


***




page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?