SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

C’était sans compter sur de nouveaux renforts. Les cinq Al’Kesh et les cinq Tel’Tak apparurent au milieu du champ de bataille.

— Ici le Tau’Ri Alex Raziel de SG-20. On n’est pas trop en retard ?

— Un peu, fit Ronson. Le vaisseau d’Eggram a été détruit.

Alex qui le connaissait un peu sentit la colère monter en lui.

— Quelle est la situation ?

— Nous nous sommes battus contre trois Ha’Tak d’Apis, puis trois autres sont arrivés et les ont détruits. Ce sont eux. Ils font partie de la flotte de Maât.

— Vraiment ?

— Et oui.

— Je vois, souffla le major à la radio.

— Bon, je vais vous expliquer la stratégie à adopter, expliqua Solaris. On est plus petit qu’eux, en particulier nous, les Tel’Tak et donc notre avantage est la mobilité. Je veux vous voir tous en mouvement, sans arrêt. Il ne faut pas se prendre de laser. Tâchez de les éviter au maximum, même si cela vous fait rater votre cible. Il vaut mieux rater votre cible et rester en vie, que toucher mais exploser. On n’a peut-être pas de grande puissance de feu mais elle compte tout de même. De plus, nous pouvons distraire les artilleurs ennemis en attirant leur feu sur nous et ainsi permettre à nos Ha’Tak de résister plus longtemps vu que les tirs esquivés iront se perdre dans l’espace. Vous avez compris ?

— Bien reçu.

— 5 sur 5.

— Compris.

— Affirmatif.

La bataille fut dès lors plus mouvementée. Les petits Tel’Tak essayaient de détourner les tirs des Ha’Tak adverses qui disparaissaient dans le lointain. Les Al’Kesh faisaient des raids rapides en tirant quand ils le pouvaient. Ce n’était pas évident de piloter pareil croiseur à deux. Mais tous essayaient consciencieusement d’éviter les lasers ennemis et cela fonctionnait. Pas un seul petit vaisseau n’avait à déplorer d’impact. Et les tirs qui ne les touchaient pas mais finissaient par se perdre dans l’espace étaient autant d’énergie gagnée pour les boucliers des Ha’Tak qui défendaient le site Alpha. Même les planeurs de la mort ennemis ne parvenaient pas à peser dans la bataille.

Après quelques minutes de ce manège, un Al’Kesh fut tout de même touché de plein fouet. Par chance, il ne fut pas détruit.

— Al’Kesh. Rentrez à la base. Fuyez le champ de bataille. Vous ne pouvez plus rien faire ici, ordonna alors le chef des Jaffas Libres.

Le croiseur endommagé quitta le champ de bataille à l’instant où un des vaisseaux-mères de Maât finissait en poussière. Un des cargos qui était trop près du Ha’Tak lors de sa destruction explosa instantanément sous l’onde de choc. Peu après, un autre cargo piloté par un Jaffa Libre explosa en encaissant le tir d’une tourelle.

Mais la primat de Maat, après avoir compris qu’elle n’avait que peu de chance de pouvoir gagner, ordonna la retraite. Le Ha’Tak recula alors avant de tourner sur lui-même, toujours sous les tirs des Jaffas Libres et des Tok’Ra. Puis, le vaisseau de Maât disparu.



Tous les vaisseaux qui pouvaient se poser avaient rejoint la surface de la planète du site Alpha sur laquelle se déroulait un grand débriefing. Tous discutaient. Cette victoire était satisfaisante mais la situation mettait en avant le fait que la sécurité de la base secondaire terrienne n’était plus garantie. Bien qu’ils aient gagné quelques vaisseaux, ils avaient aussi perdu un Ha’Tak. Et les deux qui veillaient maintenant en orbite avaient été détournés de leur mission principale.

Si Apis avait pu connaître l’emplacement de cette planète tout comme Maât, il y avait un problème. Il fallait enquêter pour découvrir comment cela avait pu se produire et trouver les responsables. Et il ne fallait pas oublier qu’il s’en était fallu de peu pour que cette bataille ne se transforme en déroute. Si Apis ou Maât s’était montré avec un vaisseau-mère de plus, ils ne seraient certainement plus là à en parler. Les Jaffas Libres, les Tok’Ra et les Tau’Ri seraient alors en ce moment même à la recherche d’une nouvelle planète d’accueil.

Tout cela se finit par la promesse de plus de sécurité, de plus de contrôle, et d’une plus grande attention lors des missions. Tous promirent qu’ils allaient tout faire pour empêcher cette situation de se reproduire. De toute façon, tous surent qu’ils allaient prochainement devoir quitter ce monde pour en trouver un plus sûr. Mais ils pourraient le faire à leur convenance et non sous la pression. Et cela leur fit quelque peu du bien. Il y eut alors un grand repas auquel tous les guerriers participèrent. Sauf SG-20.

Les français étaient en effet rentrés sur Terre. Ils se trouvaient tous les cinq dans une salle de réunion à ruminer des idées noires. Ils pensaient que ce qu’il s’était passé était de leur faute. Après tout, les deux Goa’Uld qui avaient eu connaissance des coordonnées du site Alpha et qui l’avaient attaqué étaient deux Goa’Uld qui n’avaient eu à faire qu’à SG-20. Et si la faille venait d’eux ? Et si l’un d’entre eux avait craqué sous la torture et révélé ces informations lors de leur capture mais ne s’en rappelait plus ?

Le général Hammond entra dans la pièce. Immédiatement, il sentit les sentiments des français et en voyant leur têtes compris ce qui les rendait aussi maussades.

— Écoutez, je sais ce que vous pensez tous. Mais ce n’est pas votre faute. Vous n’y êtes pour rien si Apis et Maât ont attaqué le site Alpha. J’ignore comment ils ont eu ces informations, toutefois je vous promets que je le découvrirai. Mais si c’est vraiment vous qui avez parlé sous la contrainte et la torture auquel se livre les Goa’Uld, je veux que vous sachiez que je ne vous en porterez pas rancune, ni personne d’autre. Vous n’y êtes pour rien. Je sais comment les Goa’Uld sont malicieux, immoraux et pervers. Je sais ce qu’ils font subir à leurs prisonniers. C’est vraiment très dur de résister. Mais je suis sûr que vous y êtes parvenus. Le SG-C a besoin de vous. Vous ne pouvez pas rester cloitrés ici indéfiniment. Je veux que vous sortiez. Prenez une semaine de repos, changez-vous les idées et revenez dans le but de faire payer aux Goa’Uld leur arrogance. C’est la guerre, et il y a obligatoirement des pertes. Mais les mondes qui sont sous la coupe d’Apis, de Sekhmet et de Maât n’attendent peut-être que vous pour se rebeller et s’emparer de leur liberté.

En voyant SG-20 sortir de la pièce, Hammond sut qu’il avait bien fait de venir leur parler. Il avait réussi à toucher un point sensible grâce à son dialogue et cela les avait remotivés. Il sortit à son tour, éteignit la lumière après avoir jeté un regard sur la pièce vide et referma la porte en pensant à son prochain problème. Un sourire apparut sur ses lèvres alors qu’une solution se dessinait dans sa tête.



Les dialogues en Goa’Uld ont été réalisés grâce au site Internet http://kree.free.fr/.



page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?