SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

Cela faisait déjà plusieurs dizaines de minutes que les cinq soldats marchaient dans le froid mordant de la planète. Les quelques arbres les entourant n’aidaient pas vraiment à couper le fort vent qui agressait leur visage déjà meurtri et sensible dû au froid. La haute neige, très compacte et qui leur arrivait aux genoux, les empêchait d’avancer à une bonne allure et ils avaient tous l’impression de se traîner et de ne pas progresser.

Frédérick regarda sa montre. Ils n’étaient partis que depuis quarante-six minutes. Il aurait dit que cela faisait déjà deux heures. Et pourtant, il était sûr qu’ils n’avaient pas dû faire plus d’un kilomètre.

— On n’avance pas ! cria-t-il à l’attention de ses camarades.

— Je sais, lui répondit Romain, qui était le plus proche de lui. Et c’est galère de progresser dans cette purée.

— Ouais !

— En plus, moi, j’suis gelé, fit Alex Raziel en se retournant et s’arrêtant.

— On fait quoi ? demanda Solaris qui l’avait rejoint.

— On va continuer, bien sûr. On ne peut pas arrêter maintenant. On a encore plus de trois heures pour trouver quelque chose.

— Pff, j’suis sûr qu’il n’y a pas âme qui vive sur cette planète, protesta Vincent.

— Ouais. J’suis assez d’accord. Il ne doit pas y avoir assez de vie sur ce bloc de glace pour remplir un vaisseau, opina Loïc.

— Qu’est ce que vous en savez, fit Frédérick. Ce n’est pas parce que vous avez un peu froid que personne ne peut vivre ici.

— De toute façon, il faut qu’on continue. On ne peut pas abandonner après trois quarts d’heure. C’est ridicule, s’exclama le lieutenant Bahamut.

— Exact, affirma le major de SG-20. Il faut continuer. On va encore faire un bout par là et puis si on ne trouve rien, on rebroussera chemin pour revenir à la Porte et explorer un autre coin.

Alors SG-20 reprit sa marche difficile à travers la neige d’un air déterminé. Ils avaient affronté des jaffas, des Goa’Uld, combattu dans l’espace contre des vaisseaux de guerre, ce n’était pas de la simple neige qui allait bien pouvoir les arrêter.

Toutefois après une demi-heure de marche supplémentaire, les français se dirent qu’ils n’allaient rien trouver de vivant sur cette planète.

— C’est cette « allée » qui était mauvaise dès le début, fit Solaris en souriant.

— Ouais, c’est ça. Dites tout de suite que j’ai pas d’intuition, fit le major.

— C’est exactement ça !

— Non, mais attendez, regardez, coupa Vincent. La neige a l’air plus poudreuse par ici. Comme si elle avait été retournée il y a peu.

— Tu délires. Moi, je vois rien du tout, fit Raziel.

— Moi non plus, fit Romain.

— C’est pas très clair pour moi non plus, enchaina Loïc qui ne voyait pas vraiment de différence avec la neige qu’il y avait à coté de leurs traces et la neige où se trouvait son camarade.

— À mon avis, c’est possible, commenta Frédérick.

— Vous êtes aveugles. Alors venez dedans. Vous verrez, elle est moins dense. On y bouge avec plus de facilité.

SG-20 suivit le lieutenant Necrona dans la neige et après un temps, tous furent convaincus. Il y avait donc eu de l’activité. Assez d’activité pour creuser un passage de quelques mètres de large.

— C’est vrai que cette neige est plus poudreuse. Elle a l’air bien moins compacte que celle qu’on vient de quitter. Comme si elle venait de s’y déposer, contrairement à celle présente sous les arbres qui a l’air d’être là depuis pas mal de temps. Mais d’où viennent les hommes qui sont passés par là ? questionna Romain.

— Alors là… J’en sais rien, fit Solaris.

— On peut pas trop savoir, confirma Frédérick. Mais c’est soit du nord, soit du sud, continua-t-il après avoir jeté un coup d’œil à sa boussole et à l’allée que la neige la plus poudreuse semblait créer.

— Alors, par où on va ? demanda Vincent.

— Moi je suis pour le nord, déclara le major.

— Et moi le sud. Il fait plus chaud ! contra Solaris.

— Pas sur cette planète, plaisanta Romain.

— Bon, bah on va continuer notre chemin au nord.

Mais alors que SG-20 se préparait à repartir, un étrange et curieux bruit se fit entendre dans le lointain. Tous les membres se retournèrent. L’inquiétant son provenait du sud. Et il se rapprochait étrangement vite. Pour ajouter au malaise, la neige se mit alors à tomber.


***




page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?