SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

À mesure que le bruit se rapprochait, il était plus facile pour les français de le discerner. Ils purent alors aisément l’identifier. Cela provenait d’un moteur. Et même plus précisément de celui d’un tracteur. Mais les membres de SG-20 étaient gênés par le vent qui propulsait la neige par bourrasques, réduisant leur visibilité. Néanmoins, une sombre et imposante silhouette se dessinait dans le lointain. Et lorsqu’ils purent voir à quoi ils avaient affaire avec exactitude, ils comprirent que ce n’était pas un tracteur qui venait vers eux, mais un puissant chasse-neige.

La machine se rapprochait lentement en propulsant la neige sur le coté. SG-20 eut le temps d’observer son arrivée avec des jumelles. Les occupants étaient bien des humains et il n’y avait aucun signe de Jaffas. L’équipe française décida donc de rester en vue. Lorsque le chasse-neige se trouva à quelques mètres des terriens, il s’arrêta.

La porte de l’habitacle s’ouvrit et un homme, bien emmitouflé dans un épais manteau, en descendit en sautant dans la poudre blanche. Il rejoignit SG-20 et engagea la conversation :

— Salut à vous. Qui êtes-vous et que faites-vous là au milieu de nulle part ?

Le major Raziel s’avança en expliquant :

— Nous sommes des explorateurs et nous cherchions de la vie sur cette planète.

— Hé ben, on peut dire que vous en avez trouvé, déclara l’autochtone avec logique, en souriant.

— Effectivement.

— Et si vous me racontiez tout cela au chaud une fois arrivés au village ? proposa l’inconnu en montrant son imposant chasse-neige. Il devrait y avoir assez de place pour tous là-dedans en se serrant un petit peu.

— Nous serions ravis.

— Bien. Suivez-moi, fit l’homme en se dirigeant vers la machine.

Tous montèrent à son bord et l’énorme engin reprit sa route.

Il faisait déjà bien meilleur à l’intérieur de l’habitacle. L’homme qui avait parlé à SG-20 retira sa capuche en se présentant :

— Moi, c’est Éric Doherty. Le conducteur, c’est Pete Dufresnes et voici Cynthia Kyligan, fit-il en montrant d’un geste une femme d’assez forte corpulence assise sur un des strapontins présents dans l’habitacle assez luxueux du chasse-neige.

Les membres de SG-20 les saluèrent de la tête.

— Asseyez-vous donc, proposa Cynthia. Le voyage jusqu’à Miravex est encore assez long.

Les français se trouvèrent alors chacun une place. Le chasse-neige était assez spacieux, et il y faisait chaud, mais en fait les militaires se rendirent vite compte que voyager dans ce type d’engin était plutôt inconfortable. La cabine tremblait énormément et surtout le véhicule se déplaçait horriblement lentement.

— Alors comme ça vous êtes des explorateurs ? fit Éric, en regardant les terriens. Et vous venez d’où ? De Jicaz ? Ça me paraît bien éloigné quand même pour que vous ayez fait le chemin à pieds. Ou alors vous êtes tombés en panne ?

— Non. Ce n’est pas vraiment ça, commença le major.

— Ha ?

— En fait, nous venons d’une autre planète.

— Quoi ? s’étonna Cynthia, d’un air ahuri.

— Nous venons de la planète Terre. Nous sommes arrivés grâce à un moyen de transport très perfectionné, appelé la Porte des Étoiles. C’est un grand anneau de métal situé en plein milieu de la forêt.

— J’ai déjà entendu parler de cet anneau, lâcha le pilote en se retournant quelque peu. D’après des écrits assez anciens, c’est par cet anneau que les démons et esprits maléfiques arrivaient.

— Vraiment ? demanda Frédérick.

— Oui. Mais j’ai toujours pris ça pour des contes pour enfants. La preuve, vous n’êtes pas des démons à ce que je sache, continua Pete Dufresnes.

— Non. Rien que de simples humains, confirma Vincent.

— En tout cas, c’est surprenant, convint Éric. Je n’aurais jamais cru que le voyage interplanétaire était possible. Mais, pourquoi êtes-vous venus sur cette planète ?

— Nous explorons toutes les planètes viables pour établir le contact avec des populations civilisées lorsque nous en trouvons, expliqua Alex Raziel.

— Quelle noble tâche, dit alors Cynthia, impressionnée. Et combien en avez-vous trouvé ?

— Oh. Des dizaines, voire des centaines.

— Tant que ça ?

— Oui. Il y a beaucoup de mondes colonisés.

— Je vois, fit Éric. C’est incroyable. Qui l’eût cru. Nous n’allons plus tarder à arriver. Je vais vous présenter au maire du village et nous bavarderons. Vous devez avoir soif et faim. Nous vous offrirons aussi le repas.

— Merci beaucoup, fit poliment Raziel.

— C’est naturel. Vous avez fait un long voyage.


***




page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?