SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

Les quatre soldats français fraîchement informés de la situation étaient nerveux. Ils se tenaient debout, prêts à se mettre au garde-à-vous, dans la salle de briefing du complexe militaire du projet Porte des Étoiles. Les quatre hommes avaient pu faire connaissance dans l’avion, pendant le trajet. Mais ils n’avaient pas vraiment pu créer de liens tellement ils avaient été pris par les rapports de mission qu’on leur avait confiés. Les militaires s’étaient passionnés par les aventures qui y étaient décrites, bien qu’ils aient du mal à accepter que ces évènements aient pu réellement se produire. Tout cela avait l’air tellement énorme. Ils en avaient parlé entre eux et ils pensaient tous à une mauvaise blague de l’État-major. Ils y pensaient, mais avec bien peu de conviction. En effet, les moyens déployés étaient beaucoup trop grands. Comment l’État français aurait pu convaincre l’État américain de coopérer juste pour faire une blague ? C’était ridicule. Mais voyager sur d’autres planètes au moyen d’un anneau de pierre l’était tout autant. Un haut gradé français les avait accompagnés leur certifiant la véracité des rapports de mission, ce qui ne pouvait que leur prouver que tout était vrai. Il leur avait expliqué que l’équipe SG-1 était la meilleure de cette base. L’exemple à suivre.

Les quatre hommes ne savaient donc que penser et souhaitaient une démonstration. Ils étaient sceptiques mais ce que l’œil voit, l’homme est obligé d’y croire. Ils parlaient en murmurant dans la pièce en attendant l’arrivée d’un certain général Hammond, chef du complexe.

Loïc Solaris, docteur en astrophysique, était en train de confirmer que de tels voyages étaient possibles, en théorie. Son explication usait de termes mathématiques assez complexes et il ne put vraiment se faire comprendre. Son assez petite taille ne l’aidait pas à s’imposer. Frédérick Zedar, un peu plus grand que lui, l’écoutait néanmoins avec attention. Il était passionné de mythologies et avait toujours suivi les articles publiés sur le sujet. Un certain Daniel Jackson avait publié, il y a de cela plusieurs années, des articles très controversés expliquant que les pyramides servaient de base d’atterrissage pour des vaisseaux spatiaux. Il s’en souvenait depuis qu’il avait lu son nom dans les rapports de mission de l’équipe SG-1. Comme tous les archéologues et passionnés de mythologie anciennes, il en avait ri. Si seulement il avait su. Il pensait, lui, que la Porte était réelle. Romain et Vincent étaient un peu moins enthousiastes que leurs deux confrères.

Le général Hammond sortit enfin de son bureau. Les quatre soldats se mirent instantanément au garde-à-vous. Le général leur donna alors l’ordre de cesser et de s’asseoir, ce qu’ils firent.

— Avant de commencer, nous allons attendre quelques minutes. Quelqu’un d’autre va nous rejoindre, expliqua Georges Hammond.

Après une brève attente dans un silence pesant, arriva un soldat, dans un fauteuil roulant, venant d’un couloir. Les quatre soldats français se levèrent dès qu’ils virent le drapeau français à son épaule et surtout son grade.

— Commandant, firent-ils d’une même voix, en annonçant le grade français correspondant à celui de major au États-Unis.

— Repos, dit le major, amusé de voir la tête des soldats, assez surpris.

Le général Hammond s’était levé lui aussi et annonça :

— Voici le major Alex Raziel, chef de mission du groupe SG-20.

C’était un homme qui avait l’air assez athlétique aux cheveux châtains clairs, coupés courts, comme presque tous les militaires, et qui devait avoir un peu plus de 30 ans. Mais les officiers présents dans la pièce ne purent vraiment juger sa carrure car le major passa directement du fauteuil roulant à un fauteuil resté libre au coin de la table, et cela en boitant légèrement. De plus, il n’avait pas l’air au meilleur de sa forme et était blessé. Alex s’approcha de la table en faisant rouler son fauteuil pour s’installer confortablement et dit :

— Nous pouvons y aller, général.

— Bien.

Les quatre soldats se rassirent. Alex put alors les regarder. Ils avaient tous l’air sérieux et devaient se demander ce qui allait se passer. Le major prit le dossier qui lui était réservé. Il l’ouvrit pour observer les faits des soldats présents à ses côtés. Il avait déjà étudié ce dossier mais maintenant il pouvait vraiment les juger.

Le capitaine Frédérick Zedar était un docteur en archéologie mais était aussi un militaire. Il avait effectué une mission clandestine en Serbie et savait s’infiltrer et chercher des informations, notamment grâce à son charisme. Ses connaissances en langues anciennes et en mythologie seraient d’une grande aide pour les missions Stargate. Son physique prouvait qu’il était un véritable athlète et qu’il avait l’air en très bonne forme.

Le lieutenant Romain Bahamut était un expert en explosif. Il tirait très bien et pouvait couvrir une fuite. C’était un militaire d’expérience, un dur. Ses cheveux bruns, coupés courts, lui donnaient l’air assez froid de quelqu’un d’endurci, bien que son physique devait plaire aux dames.

Le lieutenant Vincent Necrona était un fin tacticien et un stratège hors pair. Il savait évaluer une situation rapidement et trouver une solution en un temps record. C’était le plus grand des quatre et bien qu’un sourire était souvent présent sur son visage, lorsqu’il devenait sérieux c’était pour de bon.

Le capitaine Loïc Solaris était un scientifique et il avait obtenu un doctorat en astrophysique. Mais c’était aussi un militaire, malgré sa carrure assez menue. Mais il n’en avait guère besoin dans ce qu’il faisait. En effet, c’était un pilote et dans les airs ce n’est pas vraiment la force physique qui compte. De plus, c’était l’un des meilleurs pilotes de chasse de France.

Alex les voyait regarder le général Hammond. Bien que cet homme à l’allure sympathique leur sourie pour les mettre en confiance, ils attendaient avec impatience le début de ce briefing particulier.

— Nous allons donc commencer. Comme vous l’avez appris dans l’avion qui vous a conduit jusqu’ici, il existe un réseau de Porte des Étoiles reliant les planètes de la galaxie entre elles.

Il leur expliqua toute l’histoire, de la découverte de la Porte des Étoiles en Égypte jusqu’à la montée en puissance d’Anubis, en passant bien sûr par la première expédition sur Abydos. Cela dura pas mal de temps. Puis, pour conclure ses explications, il se leva et appuya sur un bouton près d’une fenêtre derrière laquelle se tenait un rideau de métal.

Les quatre soldats se levèrent lorsqu’ils virent le pan de métal bouger. Ils étaient tous à la fenêtre lorsqu’il se releva complètement et qu’ils découvrirent une vaste salle, appelée la salle d’embarquement. On y voyait des soldats s’affairer, mettre en place des mitrailleuses sur trépieds, prendre place en visant un énorme cercle de pierre. Puis, ce cercle de pierre se mit en mouvement. Ou plutôt, un anneau, remplit de symboles, bougea à l’intérieur d’un cercle faisant office de support. Six chevrons s’illuminèrent sur le cercle externe au passage de l’anneau puis alors que le septième chevron, celui qui était situé le plus haut, s’enclencha et s’illumina d’une lumière orangée également, une énorme vague d’énergie bleutée surgit du néant. Elle se propulsa en avant puis se rétracta pour se stabiliser et former une sorte de mur. Les quatre nouveaux de la base sursautèrent lorsque le vortex se créa.

L’anneau, la Porte des Étoiles, les quatre soldats français l’avaient maintenant compris, avait son centre rempli d’une sorte de liquide. Ils se souvinrent alors des explications. Ce n’était pas vraiment un liquide, mais de l’énergie pure. En fait, qu’une illusion. Ils n’avaient même pas fait attention à l’alarme qui s’était déclenchée dès que l’anneau de métal s’était animé. Ils furent surpris lorsque des hommes apparurent à la base de l’imposant cercle de pierre. Ils virent quatre soldats émerger de cette sorte de liquide. C’était en fait une équipe SG qui rentrait de mission, leur expliqua le général. Ils revenaient d’une planète située à plusieurs centaines d’années-lumière de là. Mais en franchissant le vortex créé par les deux Portes ils n’avaient mis que quelques secondes à rejoindre la base.

Les quatre soldats français ne s’attendaient pas à une telle merveille. Ils furent presque déçus lorsque la Porte se referma et que le vortex se dématérialisa dans un petit bruit. Le général leur annonça alors qu’ils allaient être conduits à leurs quartiers et qu’un entraînement intensif allait commencer. Ils devaient être prêts pour dans 3 semaines. Là, ils auraient de nouvelles informations.


***




page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?