SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

Alex Raziel ouvrit sa porte et entra dans son appartement. C’était bon de rentrer chez soi. Même si la base lui manquait seulement après quelques heures. Il lui fallait bien admettre que sa vie était tellement passionnante qu’il n’aurait pu la quitter. Il avait vécu des choses terribles, c’était vrai, mais pour rien au monde il n’aurait abandonné ce poste. Il était persuadé que de nombreux soldats rêvaient d’avoir une vie comme celle-ci, de pouvoir défendre la Terre entière à travers la galaxie. Et il faisait parti de ces si peu nombreux privilégiés.

Il avait quelques jours de congés et il avait peur de s’ennuyer. Mais il pourrait sortir un peu et essayer d’oublier la base et les missions Stargate. Même si c’était dur.

L’heure du déjeuner était déjà passée depuis longtemps mais il ne l’avait pas pris à la base et il avait faim. Il se rendit à la cuisine, une petite pièce bien rangée et plutôt propre qui lui permettait de se faire à manger et cela lui était amplement suffisant. Il ouvrit le réfrigérateur et comme il le craignait, il était quasiment vide. Il restait quelques œufs, du jambon et des yaourts. Rien de bien passionnant pour son estomac qui gargouillait. Il fallait qu’il aille faire des courses, mais avant, il allait devoir manger.

Il ressortit donc de son appartement de célibataire pour se rendre dans un petit restaurant français où il allait souvent manger et dont il connaissait bien le propriétaire. Il gara sa Pontiac Sedan non loin de l’établissement. Dès qu’il entra, le propriétaire qui était en train de faire luire son bar se tourna vers lui en lançant en français :

— Alex ! Comment ça va ?

— Assez bien. Et toi, Guillaume ? fit le major en serrant la main de son ami.

— La forme. Les affaires marchent plutôt bien en ce moment, en plus. Le beau temps doit faire sortir les gens.

— À la bonne heure. Le grill tourne toujours ? Tu peux me faire un petit quelque-chose ? demanda Alex.

— Le client est roi, fit Guillaume avec un clin d’œil. Qu’est-ce que ça sera ?


Après son très bon repas, Alex Raziel alla faire quelques courses avant de rentrer chez lui. Là, il vit un gros camion de déménageur devant l’immeuble où il habitait. Il n’y fit pas attention et alla ranger sa voiture au garage souterrain. Il prit l’ascenseur chargé comme un mulet de ses sacs de courses pour regagner son étage. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque les portes s’ouvrirent sur une ravissante femme.

La belle demoiselle semblait attendre quelqu’un et fut tout aussi surprise de voir Raziel en lieu et place de celui qu’elle semblait attendre.

— Excusez-moi, fit Raziel en avançant pour sortir de l’ascenseur.

— Oh, bien sûr, s’exclama la séduisante femme en se décalant. J’attendais les déménageurs. Ils doivent me monter encore pas mal de meubles, expliqua-t-elle.

— Ah, c’est vous la nouvelle ? J’ai vu le camion de déménagement devant l’immeuble.

— Hé oui. Je viens d’arriver à Colorado Springs. J’habite juste là, fit-elle en montrant une porte ouverte non loin de l’ascenseur.

— J’habite juste à coté, dit Alex.

— Vraiment ? s’étonna la femme dans un sourire, ravie.

— Oui. Je m’appelle Alex Raziel, se présenta-t-il en essayant de serrer la main de sa voisine mais sans faire tomber les sacs de ses provisions qu’il tenait à la main.

— Mathilda Tectriçaat.

Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent de nouveau, cette fois-ci sur les déménageurs.

— Je vais déposer mes courses et je reviens vous aider si vous voulez ? proposa Alex à Mathilda.

— Vraiment ? répéta-t-elle, faisant écho à ses propres paroles.

— Bien sûr.

— D’accord, dit-elle en souriant et en guidant les déménageurs.

Le major Raziel avait bien du mal à détourner ses yeux de Mathilda. Elle était si belle. Son visage était parfait et son sourire éclatant. Ses yeux d’un vert profonds étaient envoutants. D’un geste, elle fit signe aux déménageurs de s’activer un peu et s’en alla dans le couloir, devançant Alex. Il la suivit et put constater que son corps était lui aussi quasiment parfait. Elle était à peine plus petite que lui et était très mince sans toutefois ne pas avoir de formes là où il le fallait. Ses longs cheveux d’un noir de jais lui arrivaient juste en bas du dos, juste au dessus de…


***




page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?