SG-20









  Saison 1

Episode 1 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 2 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7
Episode 3 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
   Page 7    Page 8    Page 9
Episode 4 :



   Page 1    Page 2    Page 3
   Page 4    Page 5    Page 6
Episode 5 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 6 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7
Episode 7 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9
Episode 8 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
Episode 9 :



  Page 1   Page 2   Page 3
  Page 4   Page 5   Page 6
  Page 7   Page 8   Page 9

Après avoir déballé et rangé de nombreux cartons, ainsi que remonté plusieurs meubles, Mathilda et Alex étaient épuisés. La journée touchait à sa fin et le pâle soleil couchant n’éclairait que faiblement la pièce. Toutefois, après un coup d’œil, Raziel fut satisfait du travail accompli.

— On a bien travaillé.

— Oh, ça oui. Mais je suis claqué, s’exclama Mathilda en s’asseyant à même le sol.

— Et moi donc, renchérit Alex.

— Hé bien, quel homme. Déjà fatigué ? demanda-t-elle en levant son visage vers lui.

— Un peu, avoua-t-il. Ça vous dit de venir prendre une bière chez moi, histoire de nous rafraichir ?

— Je ne dirais pas non à une boisson fraiche.

Sur ce, elle tendit ses mains en direction du militaire. Celui-ci les prit et aida la femme à se relever.

Ils se rendirent à l’appartement d’à côté et Alex déclara :

— Faites comme chez vous. Alors, ce sera ?

— Une bière.

— Parfait.

Alex Raziel pénétra dans la cuisine et farfouilla dans son réfrigérateur récemment rempli pour en sortir deux bières fraiches. Il prit deux verres et les remplit.

En revenant dans le salon, il constata que Mathilda s’était assise sur le canapé. Il se rapprocha et lui tendit un des verres, puis il s’assit sur une chaise qu’il ramena près du coin salon.

— À votre nouvel appartement ! trinqua-t-il.

Après une vingtaine de minutes, Mathilda se leva pour annoncer qu’elle allait rentrer.

— Que diriez-vous d’aller au cinéma, ce soir ? proposa Alex Raziel.

— Je ne sais pas, je suis fatigué.

— On ne peut pas dire que regarder un film demande beaucoup d’effort. On pourrait en prendre un où il n’y a pas à réfléchir, fit le français.

— C’est d’accord, consentit Mathilda, après un temps de réflexion. Ça me fera penser à autre chose qu’à mon déménagement.

— Je passe vous prendre à vingt et une heure.

— Entendu, fit-elle avec un sourire. À tout à l’heure.


Alex était aux anges. Cette superbe femme qui emménageait juste à coté de chez lui et avec qui il avait l’air d’avoir tant d’affinités. Ils ne se connaissaient à peine et s’entendaient déjà à merveille. C’était incroyable.

Alex alla prendre une douche et se changea. Il appréhendait cette soirée. Et si ça se passait mal ? Mais il ne pouvait pas annuler. Surtout que Mathilda était vraiment la femme qu’il semblait rechercher depuis toujours.

À l’heure prévue, il frappa à la porte de sa voisine. Celle-ci ouvrit immédiatement, plus resplendissante encore que dans la journée. Elle s’était changée et avait passée une tenue plus adaptée. Elle avait troquée des vêtements décontractés pour son emménagement contre un pantalon noir et un haut ravissant qui mettait en valeur ses formes. Elle avait passée par dessus le tout un gilet pour se protéger de la fraicheur nocturne.

La soirée se passa merveilleusement bien et se finit sur le pas de la porte de Mathilda. Là, après un léger baiser, Alex Raziel proposa un diner pour le lendemain, que Mathilda accepta.


Le lendemain, Alex Raziel alla frapper à la porte de sa voisine, mais aucune réponse ne lui parvint. Elle devait s’être absentée. C’était assez étrange, car elle lui avait dit qu’ils devaient finir son emménagement. Le français rentra chez lui et prit son mal en patience. Il avait hâte de la revoir et hâte d’être à ce fameux diner. Toutefois, il avait le trac. Qu’une si belle femme s’intéresse à lui l’étonnait. Peut-être était-il moins laid qu’il ne le pensait, si dit-il en souriant. Il serait par contre malvenu de lui parler de son travail. Il avait jusque-là habilement évité d’en parler, mais il ne pourrait le différer éternellement. Il pouvait certes dire qu’il était militaire, mais il ne pourrait pas lui parler de ses folles missions. Non, il fallait qu’il trouve autre chose. Parler de ses aventures avec quelqu’un… Il en avait pourtant envie depuis bien longtemps déjà.


***




page précédente        page suivante

Commentaires sur SG20 :

Pas encore inscrit ?